The producers #10: 20 titres pour appréhender le talent fou de Metro Boomin

par Jeff  |  le 10-01-2017

Bien qu'on situe sa naissance au milieu des noughties avec des pionniers comme Shawty Redd ou Zaytoven, Lex Luger et sa 808 Mafia ont mondialisé la trap, une musique frontale, remplie de synthés malsains et grandiloquents - le "B.M.F." de Rick Ross et le "Hard In Da Paint" de Waka Flocka Flame se posent en exemples éclatants.

Mike WiLL Made It en a ensuite récupéré l'ADN pour lui faire goûter aux joies de la pop et de l'airplay en bande FM. Avec Future, il a aussi donné de la profondeur et de l’émotion à cette musique de vendeurs de drogues.

Metro Boomin a enfin permis une nouvelle mutation, dévoilant des instrumentations hybrides, difformes, quasi-dénuées de mélodie, et truffées de bruits étranges et dissonants. Avec Young Thug puis Future, le producteur originaire du Missouri va opérer un toilettage en bonne et due forme du son d’Atlanta.

Un style qui éclate notamment sur « The Blanguage » de Young Thug, sur l’ensemble des derniers projets de Future, et évidemment sur « Bad and Boojee », le tube pour Migos que Donald Glover (aka Childish Gambino) s'est permis de citer dans son acceptance speech aux Golden Globes - avec des conséquences pour le portefeuille immédiatement visibles.

Un poke inattendu donc, mais amplement mérité pour un des producteurs les plus incontournables du hip hop actuel. Forcément, ça méritait bien une playlist pour mieux comprendre le phénomène.

Les autres The Producers :

#1: Rick Rubin
#2: Steve Albini
#3: DJ Premier
#4: The Neptunes
#5: Scott Storch
#6: DJ Mustard
#7: Kanye West
#8: DJ Mehdi
#9: Dr. Dre