QLF : Que la francophonie. L'observatoire du rap en français #14

QLF : Que la francophonie. L'observatoire du rap en français #14

le 23-05-2018
 qlf

A intervalles réguliers, GMD vous sert le meilleur du rap (en) français. Le pire aussi parfois. 10 titres, 10 courts textes pour résumer le bail. 

Veerus ft. Deen Burbigo - Périple 

Récemment, L'Entourage et son entourage ont bougé au Japon pour bosser sur leurs futurs projets. Pour l'instant, la meilleure chose à être sortie de ces workshops de luxe, c'est peut-être ce "Périple" de Veerus, aérien au possible et qui renvoie à la grande époque du TDE de Kendrick Lamar. Pendant que Deen Burbigo se regarde rapper, le Nordiste honore avec élégance une certaine tradition du emceeing. Et si le meilleur membre de l'Entourage n'en faisait même pas partie officiellement?   

Fello - Habitué (live acoustique) 

Récemment Dosseh a sorti un chouette morceau introspectif en piano-voix intitulé "Habitué" et la toile entière, ou presque, a crié au génie. Dommage qu'une semaine auparavant le Bordelais Fello ait dégainé une performance live en piano-voix, également intitulée "Habitué", tout aussi (si ce n'est plus) convaincante, et qu'il y ait eu beaucoup moins de monde pour s'en émouvoir. Nous aussi il y a pas mal de choses qu'on déplore et auxquelles on est malheureusement habitués. Force à Fello, force à Bordeaux, et à toute la ribambelle de kickeurs qui l'accompagne (MONEYTIME, Nars, Ab s...)

S.pri Noir ft. Haute - Finesse

On a jamais trop compris ce qui faisait l'attrait de S.pri Noir, hormis son vaste répertoire téléphonique (de Nekfeu à Sexion d'Assaut) et son potentiel de poster boy pour Adidas. Si "Finesse", extrait de son premier album solo sorti ce mois-ci, ne répond pas entièrement à la question, on ne peut enlever à S.pri une certaine élégance sur la prod, réhaussée par la contribution sympathique de Haute et un joli visuel. En attendant l'apparition d'un deuxième couplet du Parisien, qui aurait pu faire définitivement s'envoler le morceau, on continue notre enquête.  

ROMS - Amour de chien 

Rap post-PNL, épisode 167: malgré sa gueule d'ange et ses charmantes bouclettes, ROMS chante les vicissitudes du quartier avec un certain brio, voire même quelques fulgurances ("On a graille ensemble, mais j'ai pas mangé"). Une sorte de spin off de N.O.S, la caution midinettes du duo de l'Essonne, en version encore un peu plus éphèbe. Bref, sur le papier, le jeune Romain a toutes les qualités pour affoler les compteurs de ce grand cirque hair metal qu'est le rap français de 2018. 

La Hyène - Hagra 

"Un p'tit conseil, frérot, si tu kiffes le zouk-rap, la zumba-rap, tout ça là, barre-toi, barre-toi...". Les auditeurs qui ont traversé le prétendu désert rapologique de la deuxième moitié des années 2000 se souviendront peut-être avec émotion des street-albums du groupe 400 Hyènes ou de leur featuring avec Ekoué intitulé "Les funérailles de Skyrock". Ils seront contents de savoir que la Hyène, désormais en solo, n'a pas changé son discours d'un iota. 

Laylow - Ciudad 

Peu à peu, Laylow est entrain de récupérer la place occupée par le Hamza des projets Zombie Life et Santa Sauce: le Toulousain continue de proposer une musique à la fois glamour et profondément expérimentale. Sur "Ciudad", on ne comprend pas un mot de ce qu'il raconte mais on se laisse envoûter par les inflexions de son flow et par la D.A. impeccable de ses visuels. Espérons que son nouveau projet .RAW, qui sort dans quelques semaines, lui permette, comme l'Inter Milan, de jouer la C1 la saison prochaine. 

Spider ZED - Pas si sûr 

Le ienclisme n'est jamais fini : chaque mois charrie son lot de nouveaux blanc-becs débitant des banalités sur un ton vaguement détaché ou second degré. Spider ZED, ancien membre du High Five Crew, n'échappe pas à la règle mais parvient à nous faire appuyer sur repeat grâce à l'efficacité de son "Pas si sûr" et à certaines punchlines bien senties ("J'me tape des queues sur des meufs moins jolies qu'la mienne"). 

Marwa Loud ft. La Guardia - Je voulais

Histoire de faire plaisir à La Hyène cité plus haut, mentionnons ici le dernier single de la princesse du zumba rap, Marwa Loud. Marwa, c'est toujours le rap de chicha ramené à sa plus pure expression: des type-beats à la saveur vaguement caribéenne ou reggaeton, un rappé-chanté à l'autotune et des lyrics simples et directs au possible. Mais le tout est exécuté avec tellement de fraîcheur qu'il faut clairement ne pas avoir d'âme pour résister aux petites romances du ghetto de la Strasbourgeoise. Son premier album éponyme, sorti en mars dernier, est toujours en rotation discrète sur nos platines. 

L.I.K - Hara-Kiri 

L.I.K est un vrai titi parisien, le genre de mec que tu peux croiser au tabac du coin en train de deviser sur la vie en finissant son petit noir. Dans ce second épisode de sa série de freestyles d'inspiration nippone, il fait ce qu'il sait faire de mieux: du rap de proximité, dans la droite lignée de Scred Connexion ou Mafia K1fry, dans lequel viennent s'entrelacer des considérations cosmiques et philosophiques de haute volée. S'il parvient à insérer sa technique et son sens de la formule dans des véritables 'morceaux', il y a des chances que L.I.K puisse effectivement bientôt crier à la face du monde : "J'm'en fous de Savastano, j'suis plus 'ça va c'ette année'" avec quelques zéros en plus sur son compte en banque. 

Shayfeen, Toto, Madd & West - Tcha Ra

Que le Maroc. Avec leur science du gimmick et leurs dégaines de fuckboys occidentaux, les 'trappeurs marocains' ont bien compris comment conquérir le coeur de la bohème parisienne: ils ont récemment rempli la Bellevilloise et ont profité de leur passage par la capitale pour tourner un petit freestyle improvisé devant la Tour Eiffel. Un nouveau défouraillage en bonne et due forme qui confirme à quel point la langue arabe épouse parfaitement les sonorités rap actuelles et qui nous met un peu plus dans l'attente d'un projet bien amené de toute cette clique.