Personne ne pourra arrêter l'idylle entre Wyclef Jean et Young Thug

Personne ne pourra arrêter l'idylle entre Wyclef Jean et Young Thug

par Aurélien  |   le 12-12-2016

Wyclef Jean (oui oui, celui des Fugees), c'était un peu l'invité qu'on n'attendait pas sur le dernier projet de Young Thug. Pour rappel, au beau milieu de l'été, Wyclef l'ancien s'est offert quelques apparitions sur No, My Name Is Jeffrey, aux deux exactes extrémités du projet plus précisément. Pourquoi ? Très certainement histoire d'offrir une couleur un peu plus caribéenne à la musique de Thugger, d'abord parce que c'est dans l'air du temps, ensuite parce que Wyclef a toujours eu une attraction très forte pour le patrimoine musical des West Indies, lui qui a vu le jour à Haïti en 1969 avant d'émigrer à l'âge de 9 ans dans le New Jersey.

En tout cas, force est d'admettre que la sauce a pris et que ça n'a fait que renforcer encore un peu plus l'extraordinaire versatilité avec laquelle Thugga opère au micro, quel que soit le beat qu'on lui dépose dans la cabine d'enregistrement. Le genre de carton plein qui aurait d'ailleurs bien mérité un clip - en tout cas, nous, on n'a jamais vraiment arrêté d'écouter ce morceau (et ce projet) depuis sa sortie fin août dernier.

Jamais rancunier lorsqu'il s'agit d'offrir une revanche aux gens qui lui offrent des tubes, Jeffrey a forcément répondu présent à l'appel de Wyclef. Et donc, cette drôle de paire a rempilé cette semaine avec "I Swear", un titre de Wyclef Jean, comme pour rappeler qu'il continue à faire de la musique en solo et probablement pour dire qu'il a un projet dans les tuyaux qui creusera le même sillon caribéen.

Le titre s'accompagne d'un clip mongoloïde comme tout, où les deux bonshommes arborent fièrement des guitares électriques comme dans le clip de Black Beatles, tout ça au milieu de très mauvais effets spéciaux et de pétards gigantesques qui ne rentrent pas dans le siège passager d'une Twingo. 

Bon, on passera sur la qualité relativement quelconque du morceau, qui a des relents de face B de Major Lazer - et pour ses moins bons côtés. Mais c'est toujours sympa de voir qu'une apparition de Jeffrey sur un morceau est toujours un gage de valeur ajoutée, quelque soit le registre dans lequel il est invité à faire le show. D'ailleurs, de son côté, il se murmure que le second volume de Rich Gang pourrait arriver dans les semaines qui viennent, mais sans la présence de Rich Homie Quan. Autant dire que ça va ruer dans les brancards chez les plus fans du bonhomme, d'autant plus qu'il a été étonnamment calme en 2016.