Les Eurockéennes, c'est bientôt fini ?

Les Eurockéennes, c'est bientôt fini ?

par Émile  |   le 04-07-2018

Et ce n'est même pas un titre putaclic. On en entendra probablement parler pour la prochaine saison des festivals, mais le gouvernement français vient de promulguer un décret qui va leur rendre la vie bien compliquée financièrement ; et les Eurockéennes sont les premiers à soulever ce problème.

L'idée est assez simple: le décret de mars 2018 stipule de nouvelles conditions de remboursement des services publics de sécurité - autrement dit, le fait de réquisitionner la gendarmerie française pour des événements. Que le Ministère de la Défense ou le Ministère de l'Intérieur protège ses citoyens, ça paraissait relativement logique, sauf que dorénavant, les festivals devront rembourser à l'État ces frais. Plus concrètement, pour les Eurockéennes de Belfort, on passe de 30.000 € pour l'édition 2017 à 250.000 € pour l'édition 2018. Une augmentation monstrueuse qui n'est pas du tout dans les frais de l'organisation pour l'instant.

Pour cette année, la préfète de la région Bourgogne-Franche-Comté a convenu d'un accord permettant d'assurer le festival sans ruiner Territoire de Musiques, l'association qui gère tout l'événement. Mais l'année prochaine ?

En fait, le problème est plus compliqué encore que cela. Pour rester dans cet exemple, les Eurockéennes vont avoir deux solutions. La première, c'est de payer le prix fort en remboursant la location des services de sécurité de l'Etat. La seconde, c'est de payer un prix moins fort en passant par le privé. D'un coup, on comprend mieux l'objet du décret.

La complexité de la situation est donc celle-ci: quoique décide Territoire de Musiques, il faudrait passer de l'associatif au lucratif, car il faudra gagner de l'argent pour payer la sécurité. Voir des festivals publics aussi importants que celui de Belfort devenir des entreprises, c'est toujours compliqué pour le public, c'est certain. Mais pour les Eurocks', c'est pire encore, car en passant dans le lucratif, ils vont perdre l'argent du mécénat, qui n'aura plus lieu d'être, alors qu'il représente 15% du budget du festival.

Ce qui est certain, c'est que les Eurockéennes 2019 ne ressembleront probablement pas à celles de cette année car que soit sur le prix du billet, soit sur l'organisation du festival, des transformations auront lieu. Des transformations qui remettent très sérieusement en cause un des plus grands événements musicaux de l'Est de la France, du moins sous sa forme actuelle.