Voici nos 10 secrets bien gardés du line up du Dour Festival

Voici nos 10 secrets bien gardés du line up du Dour Festival

par Émile  |   le 09-07-2018

Le festival de Dour, c'est une énorme claque sous bien des aspects. Et même si on aime bien se plaindre de la difficulté que ça représente pour nos pauvres petits organismes, c'est beaucoup de plaisir. Mais c'est aussi une grande source d'angoisse pour tous les festivaliers: parmi plus de deux cent concerts, qu'aller écouter ? Il faut dire qu'entre les têtes d'affiche, les artistes préférés de ton groupe de potes, les artistes que tu ne connais pas, les artistes qui mériteraient d'être connus, et ceux qui ne méritent pas que tu ailles les voir, il y aura nécessairement des choix à faire. Heureusement pour toi, on a scruté la programmation à la recherche d'une dizaine de concerts peut-être moins évidents, mais à ne pas manquer. En plus, ça te donnera une idée des lieux dans lesquels tu pourrais nous croiser pendant le festival.

DJ AZF
Jeudi // 2h30 - 4h // La Caverne

Il est probable que beaucoup d'entre vous n'arrivent pas le premier jour ou ne rentrent vraiment dans le festival que le jeudi, et comme vous l'aurez remarqué, c'est presque une journée complète que vous pourrez passer à la Caverne. Pour Eyehategod, Dead Cross ou Ufomammut, la scène réservée aux musiques énervées propose une journée exceptionnelle. Mais si devez n'y passer que pour un concert, on vous conseille de réserver votre fin de soirée pour DJ AZF. La Parisienne est en train de tout défoncer dans le milieu de la techno française, et son set est un des événements musicaux les plus aciiiiiiid et euphoriques que vous puissiez voir en ce moment. Underground et urbaine, la techno de la membre du crew Qui Embrouille Qui va être un p***** de climax de ce festival. A ne rater sous aucun prétexte, même pour le pourtant très cool DJ Tennis qui joue à la même heure dans La Petite Maison Dans La Prairie.

070 Shake
Vendredi // 22h - 23h // Le Labo

Avec cinq disques intégralement produits par ses soins et sortis sur cinq semaines consécutives, Kanye West a cannibalisé notre printemps. Si tout le monde semble s'accorder à dire que le Daytona de Pusha T a écrasé la concurrence, ce sont les filles qui sont les grandes gagnantes de cette nouvelle Yeezy Season. Il y a d'abord Tayana Taylor, dont le K.T.S.E. est sorti dans une criminelle indifférence, et ensuite il y a 070 Shake, qui a éclaboussé plusieurs titres de son talent de "hook maker" - c'est elle qu'on entend sur le "Santeria" de Pusha T ou le "Violent Crimes" de Kanye West où elle est même capable de tenir la dragée haute au spécialiste toutes catégories de l'exercice, Ty Dolla $ign. Signée sur G.O.O.D. Music, la fille du New Jersey qui a commencé la musique il y a 3 ans seulement viendra à Dour présenter son dernier projet en date, l'EP Glitter, entre sensualité et férocité.

Pallbearer
Samedi // 17h15 - 18h // La Caverne

On est samedi. Quatrième journée à Dour. Vous allez croiser des milliers de gens qui essaieront péniblement d'émerger ou qui végèteront au camping jusqu'à 22 heures. Mais pas vous. Vous, vous êtes différents. Vous, vous allez vous bouger pour aller voir Pallbearer à La Caverne - voire les Belges de Thot, qui joueront juste avant. Avec Heartless pour Relapse Records, le groupe originaire de l'Arkansas avait sorti un des plus beaux produits de la culture doom / heavy de 2017, et on pense que ce sera un des concerts à ne surtout pas rater ce samedi. De la mélancolie aux gros riffs, les Américains sont capables de tout et vous prépareront le mieux possible à la soirée qui suit. 

Zeal & Ardor
Samedi // 18h30 - 19h15 // La Caverne

Alors oui, c'est l'horaire de Princess Nokia, mais comme vous n'êtes (peut-être) pas tous fan de la new-yorkaise, il fallait bien trouver une alternative décente. Et cette alternative, elle est même mieux que décente, car c'est Zeal & Ardor qui succèdera à Pallbearer sur la scène de la Caverne. L'an passé, son album Devil is Fine a été un des projets les plus originaux à sortir de la scène metal, et sa version live devrait envoyer du pâté de marcassin. Aux confins du blues, de la musique électronique et du black metal, la musique de Manuel Gagneux est probablement l'une des moins ennuyeuses de tout le festival. Et pour ceux qui sont aussi fans de Princess Nokia... et bien bon courage.

Lysistrata
Dimanche // 16h15 - 17h // La Caverne

C'est sûr qu'un passage par le plateau de Quotidien pour un groupe comme Lysistrata, ça peut vous changer une carrière - ou au moins lui donner un bon petit coup de boost. Le problème, c'est que la musique des trois jeunes français ne ressemble pas à celle de La Femme, Clara Luciani ou Therapie Taxi - des groupes bien plus dans le coeur de cible de l'émission de Yann Barthès. Bref, depuis ce passage dans les studios de TMC, Lysistrata n'a pas vraiment troqué les petites salles un peu crasseuses pour les Zénith de France et de Navarre. Par contre, où que passe le groupe, son grunge noise continue de faire des ravages et dégage une énergie juvénile débordante que le groupe exploite à son avantage. Si tu aimes prendre des mandales, tu vas être servi.

Stikstof
Dimanche // Boombox // 15h45 - 16h30

Entre nous, on est convaincus depuis des plombes du talent immense de Stikstof et de la capacité du crew  bruxellois à faire exploser pas mal de codes en vigueur dans un rap belge dont la popularité pousse parfois à une dangereuse uniformisation. Mais quand on en parle un peu autour de nous, on réalise que le groupe (une sorte de version 2018 d'Antipop Consortium) est encore loin d'avoir trouvé tout son public. Evidemment qu'il y en aura pour nous ressortir qu'en flamand on ne comprend pas grand chose. Ce sont souvent ces mêmes mecs qui seraient incapables de comprendre le tiers du quart du vingtième d'un titre de Kendrick Lamar. Bref, ce dimanche, Jazz, Omar-G et Astro seront à Dour, et on a envie de croire que pour ceux qui prendront la peine d'aller les découvrir, ce sera leur révélation hip hop du festival. Quant à nous, vous nous trouverez comme des fanboys au premier rang, à beugler tous les morceaux de leur petit dernier.

Moses Boyd
Dimanche // 18h15 - 19h // Le Labo

Comme quoi on n'est pas les seuls à parier sur le jazz anglais. Dour a bien senti qu'il se passait un truc de fou à Londres et a réussi à rapporter quelques souvenirs de son passage dans la capitale. Dimanche après-midi, vous aurez d'abord l'occasion de voir Ezra Collective, un des produits les plus cools et ludiques de toute la vague tirée par Gilles Peterson et Brownswood. Mais si vous n'avez qu'un créneau à donner au jazz, on vous conseille d'aller voir Moses Boyd. Le batteur de Binker & Moses est en train de faire son trou dans le milieu, et est un des musiciens les plus originaux de toute cette clique. De quoi se faire plaisir en douceur avant d'attaquer la folle dernière soirée du festival. Et puis franchement, on pense que vous pouvez vous permettre de rater Polo & Pan

Gaïka
Dimanche // 23h30 - 00h15 // Le Labo

Cette année, on ne peut pas vraiment dire qu'on va manquer de hip-hop à Dour. Entre Joey Bada$$, Denzel Curry, Goldlink ou Lil Xan, le créneau rap anglophone est blindé. Mais même en fin de parcours, avant d'entamer le dernier round de la dernière journée, vous aurez toujours un peu de place pour Gaïka. L'étoile montante du grime version Warp débarque de l'autre côté de la Manche pour vriller tout ce qu'on pourra entendre d'autre dans la semaine. Entre trap, ragga et musique électronique, le membre du crew Murkage a une posture bien à part dans le rap britannique. On y croit tellement qu'on est prêt à vous conseiller de zapper une partie du concert de Tyler The Creator pour voir comment le bonhomme se débrouille en live. Si ça vaut pas le coup, promis on vous rembourse. Enfin on verra. 

DJ Lag
Dimanche // 2h30 - 4h // Le Labo

D'habitude, choisir son dernier concert de Dour, c'est l'angoisse. Cette année, c'est encore pire. Entre Ben Klock, Schlachtofbronx, Manu le Malin et Boris Brejcha, on peut dire que le festival a soigné ses fans les plus vaillants jusqu'à la dernière minute. Pour vous éviter de finir en position foetale au milieu du site à cause de votre incapacité à vous décider, on vous propose une autre alternative. Au Labo, en petit comité, Dour accueille le nouveau prince de la gqom, cette techno sud-africaine qui s'implante doucement mais sérieusement sur le Vieux Continent depuis quelques mois. Vu aux Nuits Sonores cette année, le producteur de 22 ans avait scotché le public avec un set dansant et énervé à souhait. Un feu d'artifice alternatif pour finir en beauté.

Klanken
mercredi // 00h30 - 2h // Le Labo

"Klanken est un projet composé de deux frères" nous apprend le Dour Festival sur son site internets. Deux frères dont on ne sait rien, si ce n'est qu'ils sont signés sur Deewee, un label pensé et géré par David et Stephen Dewaele, la fratrie qui compose le coeur de Soulwax. Deewee a reçu les clés du petit Labo pour cette première soirée de Dour Festival et Klanken a été placé en toute fin de programme. Vous voyez où on veut en venir? La concurrence sera très fort en face avec DJ Premier et Modeselektor, mais on a bien envie de tenter un coup de poker...