La house de Ric Wilson plus engagée que jamais sur son nouveau titre

La house de Ric Wilson plus engagée que jamais sur son nouveau titre

par Camille  |   le 17-06-2020

Les artistes sont nombreux à élever la voix pour s'exprimer sur le mouvement qui secoue les États-Unis en ce moment. Ils témoignent de leur soutien, de leurs expériences, de leur engagement au travers de la musique qui nous est chère. 

C'est au tour du producteur house / disco et activiste basé à Chicago Ric Wilson d'y ajouter sa touche pour sensibiliser aux luttes d'une communauté LGBTQ+ parfois trop invisible. Chemin faisant, il rend hommage à Ida B. Wells (sans doute la première rédactrice en chef afro-américaine d'un journal, activiste et défenseuse des droits des femmes et des droits civiques) et Marsha P. Johnson, à qui l'on doit, entre autres actions, les émeutes de Stonewall.

Il met en lumière une communauté plus fragilisée et plaide en cela pour une convergence des luttes : "I hear people quoting a lot of black men who were freedom fighters which is valid. But when I think about next level courage to ball your fist up and look bigotry, racist, sexism, homophobia and transphobia right in the eye and fight against it," écrit-il.

Sur un morceau qui ne ferait pas tâche dans un set de Moodymann ou sur un EP de Channel Tres, Ric Wilson diffuse son message engagé à travers un morceau plein de bonnes énergies, et qui reprend en outro la voix de Crista Noel qu'il avait déjà utilisée sur le morceau "Banba", sorti sur l'album du même nom en 2018 : "I am the revolution, and the revolution don't stop". Plus que jamais, ses mots résonnent dans l'air du temps.

Et histoire de poursuivre sur notre lancée, on vous rappelle qu'il y a un mois à peine, ol collaborait avec le producteur Terrace Martin, lui-même très engagé dans la mouvance actuelle, pour l'EP They Call Me Disco.