Et le meilleur podcast de 2016 est attribué à Woebot

par Simon  |  le 11-01-2017

Vous ne l’auriez probablement jamais su sans cette news, mais initialement notre rédaction devait vous présenter son top des podcasts made in internet et des sélections mixées posées sur disque. Pour des raisons logistiques, ce top ne vous parviendra jamais.

Sans cette news, vous n’auriez donc jamais su que parmi cette liste on retrouvait des petits pépitos comme la sélection electro-funk d’Helena Hauff pour la série Dekmantel, l'incroyable sélection roots/dub-reggae de DJ Strydal’anthologie radiophonique de Teki Latex pour Red Bull ou la relecture discographique d’Aphex Twin par µ-Ziq, sans compter les Dj-Kicks de Marcel Dettmann ou Jackmaster).

Mais surtout, si il n'y avait pas eu ce petit texte, on n’aurait jamais pu vous parler de la dernière merveille de Woebot. Pour information, on parle d’un des plus grands spécialistes musicaux anglais, spécialisé dans l’art de la relecture historique des genres. Après avoir ébloui 2016 de sélections retraçant l’histoire du happy hardcore (allez jeter une oreille à cette sélection de 5 heures), du rap mutant ou de la techno, Matthew Ingram a décidé de finir son année avec un autre trésor d’histoire.

Le concept est simple : l’Anglais s’est mis en tête de retracer l’histoire de la techno de Detroit de 1985 à 1995 en 63 titres. Le résultat donne 3h45 de musique, mixé avec une délicatesse digne des plus grands. On ne consacre pas une seule ligne à décrire la tracklist, tout le monde y est. C’était notre podcast de l’année, on ne pouvait pas ne pas vous en parler.