C'est en 2014 que nous avons croisé la route de Ringard pour la première fois et que nos petits cœurs ont immédiatement fait boom boom pour la house savoureuse du producteur rennais. Sept ans plus tard (et un Goûte Mes Mix de haut vol), rien ne nous préparait à ce message d'adieu :« je sors mon dernier EP en tant que Ringard, il m'aura fallu 10 ans pour réaliser qu'il est bien pourri ce blaze ». Si notre premier réflexe a été de lâcher un large sourire, c'est également avec un pincement au cœur que l'on a lu ces quelques lignes du boss de Dance Around 88. Plutôt que de se morfondre, on a choisi de fêter la mise en bière de cet alias rincé pour s'offrir ce stream exclusif de Curtain. Hormis se faire une dernière fois plaisir, le but est également de financer le pressage de ce testament audio via une campagne KissKissBangBang.

Assez loin de l'esprit groovy qui suinte abondamment des EPs de Baptiste Letertre, Curtain agite son petit mouchoir pour nous dire adieu avec ses 4 titres d'une deep house qui fleure bon la nostalgie. Bien loin des clubs donc, Ringard nous dévoile une facette que l'on ne connaissait guère, mais qui n'est pas pour nous déplaire. Afin de faire pleurer dans les chaumières, le Rennais nous a pondu des ambiances bien plus lentes qu'à l'accoutumée, et surtout des nappes de synthé imparables. Alors que vous lisez ces quelques lignes les yeux embués, on vous annonce que ce ceci n'est pas un véritable adieu et que notre Roazhon boy reviendra en fin d'année avec « un nom encore plus niqué ». On a déjà hâte. Ringard est mort, vive Ringard.