Pour utiliser le lecteur audio vous devez autoriser javascript.

Pour composer ce 17ème volume de nos compilations Jeunes Pousses, nous nous sommes naturellement lancés dans une série de débats et d’échanges : parmi la trentaine de pépites proclamées balancées sur la table en chêne massif de la salle de réunion de la rédaction, nous en avons retenu seize qui nous semblent susceptibles d’illuminer les soirées d’un hiver qui s’annonce comme d'hab' un peu pénible. Au final, ça nous confronte à des titres carrément antithétiques au climat ambiant et qui évoqueront plus volontiers la fraîcheur insouciante de l’été défunt, mais aussi à une sélection “de saison”. Comme d’habitude, on a essayé d’être cosmopolites, en piochant du côté de nos terres franco-belges, mais aussi d’aller voir un peu plus loin, y compris là où rien a priori ne semble se passer. On espère que le tout vous plaira autant qu’à nous.

Télécharger la compilation (109MB)

  • Grounders

    Secret Friend

    Quand on prépare nos compilations Jeunes Pousses, on est toujours sidérés devant l’absence totale de reconnaissance dont font l’objet des groupes qui occupent pourtant un créneau propice à la hype. Ainsi, se dire que ce tube de poche qu’est "Secret Friend" n’a été visionné que 5.000 fois sur YouTube alors que n’importe quel clip de MGMT ou Tame Impala (pour prendre deux groupes avec qui les accointances sont assez flagrantes) enquille les millions de vues en quelques jours, ça nous troue le cul. Ca nous désespère un peu aussi. Surtout que derrière ce titre qui ouvre l’album éponyme sorti plus tôt dans l’année, le niveau ne faiblit pas. Bref, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

    grounders.bandcamp.com
    Lire le fichier

  • Kins

    Young

    De son Australie natale, Kins, le groupe de Thomas Savage, a gardé un certain côté pop dans la voix (qui fait penser par certaines inflexions à celle de Chris Martin, mais ne fuyez pas). De Brighton, sa ville d'adoption, il aura pris les couches de guitares électriques et de synthés en mode "grisaille". Le tout évoque un peu The Acid (un autre truc anglo-australien) et trouve un joli équilibre entre mélodie, émotion pop dans l'interprétation et sonorités travaillées, pour offrir au tout une chouette personnalité.


    soundcloud.com/kins
    Lire le fichier

  • Crushed Beaks

    Overgrown

    Avec ce titre, les Brittaniques de Crushed Beaks réinventent la définition du single noisy-pop concis, imparable et implacable. Venus de Londres, la ville qui a cette capacité impensable à générer trois nouveaux bons groupes tous les jours, le futur s'annonce brillant pour ce jeune groupe qui a tout de même mis près de 4 ans pour écrire et mettre en boite les 10 titres de ce Scatter.

    crushedbeaks.bandcamp.com
    Lire le fichier

  • Nat Jenkins & The Heartcaves

    Back to the Island

    A écumer les bars et la vie parisienne, le Britannique Nat Jenkins pourrait se voir attribuer le surnom de « nouveau Pete Doherty ». Il n’en sera rien - et heureusement pour lui. Sa musique plonge dans les belles heures de la radio anglaise où la musique sexy accompagnait les soirées des midinettes. Mais il ne reproduit pas cette période, il ne se limite pas non plus à accompagner. Mieux, il nous emporte dans une élégante envolée psychédélique bien ancrée dans son temps.

    www.natjenkinsandtheheartcaves.com
    Lire le fichier

  • Aloha Orchestra

    The Call

    On sait combien le pouvoir d'attraction d'un groupe comme Foals est immense en 2015 - et cela malgré des albums de plus en plus anodins. Disons que si on garde comme étalon-or Total Life Forever, il y a moyen de faire de belles choses au moment de rédiger sa carte de visite. C'est exactement dans cette voie que les Havrais de Aloha Orchestra ont décidé d'aller, comme le démontre l'incroyablement efficace "The Call".

    soundcloud.com/aloha-orchestra
    Lire le fichier

  • London O'Connor

    GUTS

    Ce New-Yorkais d'adoption intrigue avec une musique fraîche et hybride, entre pop et hip-hop. "Guts" est sans doute le meilleur titre de son premier album auto-produit, . C'est aussi un titre entêtant à souhait, qui résume parfaitement l’univers mélancolique de cet adulescent. Tout au long de l’album, il nous embarque dans les pérégrinations d’un jeune banlieusard de 24 ans, entre innocence et construction de soi.

    soundcloud.com/londonoconnor
    Lire le fichier

  • Ext'int

    My Galaxy Dancer

    Si Ext'int, alias Maxime Duquesne, est certainement une jeune pousse, il serait peu honnête d'en parler comme d'un nouveau venu. En 2009, ce Bruxellois originaire de Lille sortait un premier album passé inaperçu malgré de bons titres. C'est aujourd'hui sur Alpage Records qu'il prolonge l'effort avec ce "My Galaxy Dancer" tout en sons synthétiques et en voix traînantes, naviguant entre distance froide et émotions. 

    soundcloud.com/extint
    Lire le fichier

  • Dilly Dally

    Purple Rage

    Etant donné que Kim Deal semble surtout préoccupée par la bonne santé de son compte en banque via les tournées anniversaire et les éditions deluxe du back catalogue des Breeders, on est bien forcés de se décarcasser un tant soit peu pour trouver des groupes qui perpétuent ce magnifique héritage à travers de nouvelles compositions. C’est à Toronto qu’on a dégotté Dilly Dally, groupe à grosses guitares emmené par la voix rocailleuse et usée de Katie Monks, demoiselle d’une vingtaine d’année dont on dirait qu’elle maltraite ses cordes vocales depuis une vingtaine d’années, et qu’elle a commencé à la faire à une époque où elle fréquentait Courtney Love, Black Francis et Billy Corgan – soit autant d’artistes qui ont eu une influence sur la musique du groupe.

    dillydally.bandcamp.com
    Lire le fichier

  • Ponctuation

    La réalité me suffit

    Si Ponctuation commence à se tailler une belle petite réputation dans son Canada natal, on ne parle pas encore assez par chez nous de ce duo québécois qui défend la francophonie sur fond de punk psyché. Oubliez les images de poutine ou d’hivers rigoureux à Montreal, la musique des frères Chiasson évoque plutôt la bière bien fraîche que l’on se boirait en Californie, en train de tirer sur un gros pétard allumé par Ty Segall. Tiré du second album de Ponctuation, "La réalité me suffit" résume à merveille l’approche d’un groupe qui n’est clairement pas venu pour s’encombrer de formalités.

    ponctuationponctuation.bandcamp.com
    Lire le fichier

  • Bagarre

    Le gouffre

    Un nom de groupe qui évoque la sueur, la virilité, les chocs et les coups bas… Pourtant avec leurs petites frimousses et leurs survêts à trois bandes, les cinqde  Bagarre composent une musique convenant beaucoup moins aux rings et salles de combat qu’aux salles de concert et aux clubs. Leur enchaînement parfait n’est donc pas le sempiternel crochet droite-gauche / uppercut, mais la combinaison beats percutants / textes poétiques. Leur dernier EP Musique de club est sorti chez Entreprise, un label français dont le catalogue est plein de belles promesses.

    noussommesbagarre.bandcamp.com
    Lire le fichier

  • Best Friends

    Shred Til You're Dead

    Soyons clairs: c'est un peu chiant de devoir parler d'un groupe comme Best Friends. Parce que des groupes qui mélangent pop, garage et punk, on nous en usine des centaines par année. La plupart ont droit à un petit encart dans les Inrocks ou le NME, sans que cela ne change vraiment grand chose. Et dans ce segment-là, la concurrence est actuellement impitoyable. Qu'importe, de notre côté, on va quand même miser quelques kopecks sur Best Friends, groupe de Sheffield signé sur Fat Cat qui enquille les singles d'une rare efficacité. La preuve avec "Shred 'Til You're Dead", qu'on n'oublie pas facilement.

    bestfriendspartyhard.bandcamp.com
    Lire le fichier

  • White Reaper

    Sheila

    Un peu à l’image de ces grands clubs de foot européens qui vont piller les académies de jeunes des pays d’Afrique noire, on va régulièrement faire un petit tour du côté de chez Polyvinyl quand on est à court de bonnes idées pour alimenter nos compilations Jeunes Pousses. Et notre dernière trouvaille en date sur le label de Portland, elle s’appelle White Reaper. L’album en question, White Reaper Does It Again, c’est l’affaire d’une bande de kids du kentucky, biberonnés aux Strokes et à Weezer – quand ces deux groupes avaient encore ce qu’ils faut où il faut pour avoir une influence positive sur des esprits un brin maléables. C’est punk, c’est pop, c’est garage, c’est un peu bubblegum aussi. Et c’est souvent très efficace, à l’image de l’imparable "Sheila" qu’on vous offre.

    whitereaper.bandcamp.com
    Lire le fichier

  • Arbes

    Swimmer

    Ensoleillée et insouciante, l'indie pop des Australiens de Arbes fait du bien par où elle passe en cette période grise et triste. Swimmer, leur premier EP, s'écoute en boucle jusqu'à plus soif, tant l'invitation à chiller avec eux au bord des plages de Melbourne est tentante. On vous offre ici le titre "Swimmer", dont les mélodies paresseuses nous font vraiment penser à Real Estate, un autre groupe qui a aussi ce don de saper en nous toute velléité productive.

    arbes.bandcamp.com/releases
    Lire le fichier

  • Bror Gunnar Jansson

    Pretty Polly

    Il y quelques Polly connues dans la musique moderne. Celle de Kurt Cobain par exemple. Polly Jean Harvey aussi. Pourtant, celle que nous chante Bror Gunnar Jansson n'a rien avoir avec les deux artistes précités. Non, si l'on devait rapprocher ce one-man-band d'un de ses contemporains, on citerait rapidement le nom de David Eugene Edwards de 16 Horsepower. En effet, on retrouve chez le Suédois ce songwriting bourré d'âme, jamais sur la corde raide, mais toujours dans l'intensité émotionnelle.

    brorgunnar.bandcamp.com
    Lire le fichier

  • Cotillon

    Convenience

    « Cotillon » est l’un des noms de formation les plus opportuns qui existent. En plus de sonner parfaitement en bouche, et de résonner en tête, tout l’imaginaire qu’il brasse se retrouve dans la musique de Jordan Corso : des nuances de matières, des pluies de couleurs, une série de chutes, d’éclats et de sons. En bref, s’il s’agissait de définir une conduite de vie, le Californien a dû se jurer de kaléidoscoper le réel. Il déchire les genres (psyché, indie, surf, rock, pop) pour voyager en titubant, d’une attitude à l’autre ; de la contemplation amère à l’explosion des sens. Avec deux EP et un album éponyme, il est temps de se joindre aux réjouissances.

    cotillon.bandcamp.com
    Lire le fichier

  • Blaenavon

    Wunderkind

    Il y a deux ans, on était tombé sous le charme de Blaenavon. On avait alors essayé d'obtenir un titre du groupe anglais pour une Jeunes Pousses. En vain. Le groupe ayant un nouvel EP sous le bras, on a retenté notre chance. Après moult tractations, on a reçu le feu vert, mais uniquement pour publier un titre... vieux de deux ans. Après, on ne va pas se plaindre: ces trois minutes de rock indé en apesanteur passent toujours comme une lettre à la poste, et les chances que vous soyez devenu un fan hardcore du groupe dans l'intervalle sont plutôt minces. Bref, on va faire profiter de cette petite gâterie comme si elle sortait du four. Promis, vous n'y verrez que du feu!

    blaenavon.bandcamp.com
    Lire le fichier