Télécharger le mix

Tracklist

  1. Andrew Peckler - Humidity Index / Khao Sok (Chopped And Screwed) (Tristes Tropiques, 2016)
  2. Weather Report - American Tango (Mysterious Traveller, 1974)
  3. Stevie Wonder - Venus' Flytrap And The Bug (Journey Through The Secret Life Of Plants, 1979)
  4. Sun Ra - Moonship Journey (Cosmos, 1977)
  5. God’s Band - Come Holy Spirit (1997)
  6. L33 & Sven Atterton - Sunset (2013)
  7. Trent Mitchell, John Douglas & Theo Parrish - Sun Of Osiris (2001)
  8. Isaac “Redd” Holt Unlimited - Flo (Isaac, Isaac, Isaac, 1974)
  9. Faze-O - Riding High (Riding High, 1977)
  10. Spontaneous Overthrow - All About Money (All About Money, 1984)
  11. Marcellus Pittman & Theo Parrish - African Roots (1999)
  12. Chugga - Big Galactic Strut (A Big 7”, 2003)
  13. Nicole Willis & Umo - Still Got A Way To Fall (2017)
  14. Andrès - Jazz. After Hours (II, 2009)
  15. Innerzone Orchestra feat. Paul Randolph - People Make The World Go Round (Kenny Dixon, Jr. Remix) (2000)
  16. Tarika Blue - Dreamflower (Tarika Blue, 1977)
  17. Doug Hream Blunt - Gentle Persuasion (Gentle Persuasion, 2010)
  18. Johnny Guitar Watson - Love That Will Not Die (Funk Beyond The Call Of Duty, 1977)
  19. Marvin Gaye - Heavy Love Affair (In Our Lifetime, 1981)
  20. Freddie Hubbard - Little Sunflower (Ugly Edits Vol. 3, 2002)
  21. Weather Report - Nubian Sundance (Mysterious Traveller, 1974)

L’impression de s’être fait fracturer le crâne, la déprime totale, le système digestif qui t'envoie littéralement chier, l’impossibilité de s’éloigner de plus de quatre mètres d’un canapé à se demander pourquoi on regarde un étape de ligne du Tour de France alors qu'ils sont à plus de 100 kilomètres d'un sprint massif dans une ville de France dans laquelle tu ne voudrais jamais passer tes vacances, l’envie de CREVER. La gueule de bois quoi. Une galère totale à laquelle on est tous confrontés à intervalles plus ou moins réguliers, mais qui semble désormais faire partie d'un lointain passé. Ce n'est pas pour autant que l'on doit condamner Hang(over) the dj, notre dossier qui vous donne l’occasion d’écouter des artistes qu'on apprécie nous parler de leur conception de ces moments difficiles dans un petit mix façon "detox".

Aujourd'hui, on est particulièrement heureux d'accueillir Chris Ferreira, producteur bruxellois derrière qui l'on court depuis plusieurs mois maintenant. À l'époque où nous avions pris contact pour la première fois avec lui, c'étaient ses passages très réguliers derrière les platines du C12 ou du Fuse qui l'empêchaient de nous consacrer un peu de temps. Comme pas mal de ses collègues, son agenda s'est sérieusement allégé ces derniers mois, et il a jugé opportun, dans ce contexte, de partager avec nous un set qu'il a enregistré en septembre à Paradise by the Lake, version "Covid friendly" du festival Paradise City, dont l'édition 2020 qui devait se tenir en juin a bien évidemment sauté. Vu le concept d'un évènement qui mettait l'accent sur le downtempo, c'est avec grand plaisir que l'on a uploadé sur notre Soundcloud un set qui fait la part belle aux genre de choses qui rélèvent davantage du home listening que de la peak hour: un voyage cotonneux au cours duquel Sun Ra répond à Stevie Wonder, où le funk de Johnny Guitar Watson s'acoquine avec la soul de Nicole Willis. Puis au milieu de tout cela bien sûr, des suspects un peu plus usual, comme Kenny Dixon Jr. ou Theo Parrish. On vous prévient déjà : il ne sera pas nécessaire de boucler vos ceintures.