Télécharger le mix

Tracklist

  1. Sova Stroj – Crépuscule
  2. Nanook Of The North – Arfineq-Pingajuat
  3. Andrea Belfi – Lead
  4. Tomaga – The Inexorable Sadness of Pencils
  5. Evan Caminiti – Acid Shadow I
  6. Byron Westbrook – What We Mean When We Say Body Language
  7. Panoptique Electrical – In A Vow Of Silence
  8. Tom Rogerson & Brian Eno – March Away
  9. Benoit B – Les pays extérieurs
  10. Worwell – The Shape of Dread To Come
  11. M. Geddes Gengras – Slider

En une petite dizaine d'années, Saåad s'est imposé comme une des valeurs sûres du drone made in France, voire du drone tout court. Un groupe d'abord projet solo, presque né d'un accident comme nous le raconte Romain Barbot: "Ça a commencé fin 2009, un peu par hasard. Je n’avais aucun matériel et j’enregistrais des idées avec le micro intégré de ma webcam. Comme le son était vraiment pourri, j’ai commencé à le passer dans des effets, à le tordre, à le passer sur une cassette et la ralentir puis la renvoyer dans des pédales d’effets… Ça a débouché sur « The Garden », un premier titre qui m’a hypnotisé. Je l’ai écouté en boucle pendant quasiment 24 heures avant de m’enfermer 10 jours dans ma chambre de l’époque et d’enregistrer non-stop. C’est devenu « It Was » mais surtout ce fut un vrai déclic."  

Projet solitaire donc, qui là encore va devenir le duo que l'on connaît aujourd'hui presque par hasard: "Je ne voulais pas en faire un projet live mais quand on m’a proposé de faire la première partie de Tim Hecker fin 2011, je n’ai pas su refuser… Greg est arrivé à ce moment-là, car après des années en groupe je crois que j’avais peur de me retrouver seul sur scène avec un ordinateur et un clavier midi."

Une des spécificités de Saåad, c'est cette capacité à avancer, prendre des risques et des partis pris différents que l'on retrouve notamment dans leur nouvel album Présence Absente. C'est aussi un groupe qui irrigue nombre de projets parallèles assez passionnants (Autrenoir, FOUDRE!, Extreme Precautions), de collaborations (avec le copain Paul Regimbeau aka Mondkopf notamment) et est déjà passé dans des écuries de qualité (Hands In The Dark, In Paradisum).

Une diversité que l'on retrouve dans ce Goûte Mes Mix qui mélange des artistes aussi divers que Nanook Of The North, Tomaga, M. Geddes Gengras ou Benoit B. Un mix cohérent au regard de l'identité du groupe, surprenant par moments, mais qui reflète bien la richesse de ses influences: "J’écoute pas mal de choses assez différentes, ça dépend vraiment du moment…  la plupart des choses que j’ai mis dans le mix correspond à ce que j’ai écouté ces dernières semaines. Beaucoup de musiques instrumentales au sens large du terme, mais aussi beaucoup de folk et de rock psyché. L’une de mes plus grosses claques de ces derniers mois reste le Flying Microtonal Banana de King Lizard and the Gizzard Wizard ou l’album qu’ils ont sorti à quelques jours du nouvel an (ndlr: il s'intitule Gumboot Soup). Greg écoute surtout de la musique baroque."

Le précédent album Verdaillon, d'une densité et d'une intensité peu communes et dont on n'a pas encore sondé toutes les profondeurs, avait su parfaitement tirer parti de contraintes et d'un projet assez hors-normes: "On a été contacté par Toulouse les Orgues et Les Siestes Electroniques pour créer une pièce live à partir des sons de l’orgue de Notre-Dame de la Dalbade. On avait deux jours pour enregistrer ce qu’on voulait avec et 3 mois environ pour monter un set live à partir de ça. Il a été clair que pour nous, malgré la commande première, c’était aussi l’occasion de faire un nouvel album et un de nos rêves qui devenait réalité. Ce fut une expérience assez incroyable. Le truc frustrant c’est qu’il est impossible de se rendre compte avec des enregistrements de la puissance du truc. On a commencé par jouer avec l’orgue éteint. S’intéresser à l’instrument et à ce qu’un organiste ne fera jamais entendre, les mécaniques, le bois. Je voulais sortir l’orgue de l’église, en montrer les rouages et le renvoyer à ses origines païenne et populaire tout en laissant Greg exprimer ses influences baroques." 

Avec Présence Absente sorti ce mois-ci sur Hands in the Dark, Romain Barbot et Greg Buffier livrent un album en cinq plages qui, si l'on ne peut pas parler de contrepied, prend en tous cas une direction différente de Verdaillon: "Forcément, c’était dur de faire la même chose sans orgue symphonique et sans église. Si il est plus aéré c’est peut-être parce qu’on a voulu laisser de la place au silence, avoir une dynamique assez large pour intégrer des instruments acoustiques. Il y aussi le fait que c’est construit comme un seul bloc et non pas des pièces mises bout à bout. Il est de plein de façons plus spirituel que Verdaillon."  Entre le dépouillement de l'introductif "Libations" et un "Temps Etranger" tout en apesanteur se placent trois pistes qui explorent là encore des horizons à la fois similaires et différents. Saåad ou la beauté du paradoxe.