Tradition bien ancrée dans la culture anglo-saxonne, le Christmas album est ici une entreprise qui nous en touche une sans secouer l’autre… et qui nous les brise franchement menues lorsque l’on joue des coudes pour trouver les derniers cadeaux le 23 décembre vers 18h45. Evidemment, les seules visées commerciales de la démarche ont tendance à faire fuir le mélomane européen car ce sont souvent des artistes de seconde zone, au fond du trou ou à la recherche d’un second souffle qui se prêtent à ce genre d’exercice. Ce n’est pas le cas de l’autre côté de l’Atlantique où Michael Bublé et Mariah « All I Want For Christmas Is You » Carey ne sont heureusement pas les seuls à occuper le terrain. Des artistes provenant d’horizons les plus divers s’essaient à l’album de Noël (souvent par opportunisme, avouons-le) et il est encore temps de vous proposer cinq exemples qui corseront un peu votre lait de poule sans effrayer vos cousins les plus pieux

Elvis’s Christmas Album

1957, le Roi du coup de rein décide de rendre gloire au petit Jésus. Une nuée de bigots hurle au sacrilège tandis qu’un tas de nonnes y trouvent une excellente excuse pour s’agenouiller autour du tourne-disque communautaire. Aux heures les plus saintes, Prestley infiltre le stupre dans les chaumières en faisant mouiller les grands classiques… au point de froisser Irving Berlin, le compositeur de « White Christmas » qui fera pression sur les radios pour qu’elles rayent de leur playlist cette version trop langoureuse. Résultat : des millions d’albums vendus et une référence ultime qui met toute la famille d’accord puisque près de soixante ans plus tard, le Noël du King fait encore glousser grand-mère dans sa rockin’ chair.

Écouter le disque sur Spotify

Phil Spector – A Christmas Gift for You from Phil Spector

Dans tous bon classement qui se respecte, et quand bien même on voudrait laisser la hiérarchie de côté, il y a toujours bien l’un ou l’autre disque qui assène une rouste au reste de la concurrence. Et ce disque, c’est A Christmas Gift for You from Phil Spector. On est en 1963 et à cette époque, le producteur new-yorkais n’est pas encore devenu ce pauvre type qui fait des concours de moumoute dans les salles d’audience des tribunaux américains. Non, à l’automne de cette année-là, le papa du Wall of Sound fait pas mal d’heureux (et beaucoup de sous) avec sa technique de production révolutionnaire, capable de donner à des enregistrements en mono une richesse et une profondeur inégalées. L’objectif de Phil Spector avec cette compilation était clair et ambitieux : accoucher d’un disque qui est autant un produit de saison qu’un chef-d’œuvre pop. Et y’a pas à tortiller du derche : accompagné d’une belle brochette de chanteuses et de groupes (Darlene Love, The Ronettes, The Crystals), il transforme un exercice très codifié en une masterclass R&B. En 2015, on dirait qu’il a plié le game. À l’époque, on a vite compris que la concurrence était annihilée.

Écouter le disque sur Spotify

The Beach Boys’ Christmas Album

Alors qu’un an plus tôt, Phil Spector et sa bande avaient placé la barre bien haut, les Beach Boys se sont dit qu’au regard de leur talent et de leur popularité démentiels, il n’y avait pas de raison qu’ils tentent eux aussi leur chance - enfin, on imagine surtout que derrière, il y avait un label qui voyait en eux une formidable vache à lait. Qu’importe, l’exercice est très intéressant, vu que la musique des Californiens a davantage tendance à évoquer les plages de sable fin et les strings ficelles que la dinde trop cuite et le Bordeaux qui tâche. Avec déjà six albums au compteur, la bande aux meilleurs ennemis Brian Wilson et Mike Love débarque avec une formule déjà bien rodée, qu’elle applique à 7 standards et 5 compositions originales. Les harmonies sont au poil, les arrangements sont tirés au cordeau et le génie pop de la bande fait invariablement mouche. À l’arrivée, ça a l’air tellement facile que ça en devient exaspérant.  

Écouter le disque sur Spotify

Low - Christmas

Sur papier, les joyeusetés de la période de Noël et la déprime du slowcore ne font logiquement pas bon ménage. Mais voilà, quand on s’appelle Low et qu’on est un groupe dont le champ lexical n’a jamais croisé l’expression ‘faute de goût’, cela permet d’accoucher d’un disque qui donnerait presque envie d’être psychologiquement au fond du trou le 25 décembre. Offert par Low à ses fans en 1999, Christmas est un disque parfois empreint d’une bonne humeur que l’on ne croise finalement qu’assez rarement dans les compositions du groupe basé à Duluth - à ce titre, l’inaugural « Just Like Christmas » vaut son pesant de cacahouètes. Ailleurs, ce n’est pas toujours très joyeux, mais franchement, quand on tombe sur des trucs aussi poignants que « If You Were Born Today », on s’en bat les steaks d’avoir un peu le vague à l’âme en regardant son sapin avec un regard d’huitre hémiplégique. 

Écouter le disque sur Spotify

Sufjan Stevens - Songs for Christmas

Le Suf prend la Nativité très au sérieux. Cinq hivers consécutifs, il s’est assigné la mission divine de répandre la félicité chez ses frères humains pour enfin rassembler ses 42 chansons dans un premier coffret (oui, oui, il y en a un deuxième qui suit derrière, pour ceux que le banjo et la flûte à bec ne rebutent pas). Bien entendu, comme on ne sait jamais très bien à quel niveau d’inception on se situe dans la tête à Stevens, la chose se révèle particulièrement dense. Entre les orchestrations conçues pour fondre dans le chocolat chaud, les reprises minimalistes des poncifs du genre (« Silent Night », « O Holy Night ») et les craquages complets (« Get Behind Me, Santa ! », « Come on ! Let’s Boogey to the Elf Dance ! »), vous aurez largement de quoi contenter tous vos convives.

Écouter le disque sur Spotify