Encore un top de fin d’année ? Sérieusement ? On pense comme vous : l’exercice est devenu totalement désuet ou, au mieux, une formalité ancrée dans une tradition qui s’éloigne de plus en plus de l’horizon culturel tel qu’il se dessine à l’heure actuelle.

Face à la démultiplication des modes de consommation, il devient impossible de constituer un bagage mélodique commun, ou presque; chacun ayant à présent une bibliothèque/discothèque toute personnelle, propre et unique. Sans ces traits d’union entre les auditeurs, les classements – dont la subjectivité ne saurait jamais être totalement évacuée – perdent une bonne part de leur sens. D’autant plus lorsqu’il s’agit de mélanger les genres, en tentant d’embrasser la musique dans son entièreté.

Avec la rédaction, nous avons dès lors voulu proposer une « carte » de notre année : un menu dont l’ordre serait plutôt celui d’une dégustation, sans jugement de valeur. Une sorte d’itinéraire d’artificier qui progresse ainsi vers le bouquet final, en étalant une foule de couleurs et de textures susceptibles de créer l’émoi – parfois dans le bruit, parfois avec sophistication, parfois sous des allures de pétard mouillé, mais aussi, souvent, avec éclat.

Notre dernière envolée conclut donc cette année 2020 sur ce qui la représente au mieux selon nous : des sonorités salutaires; des voix d’amour et de colère; des questions de société brûlantes, avec la force et l’espoir de leurs indignations; et surtout, l’ironie d’un artiste que la dépression aura finalement emporté, malgré ses morceaux si empreints de vie. Celle-là même dont déborde notre numéro 1 qui, s’il est d’abord parvenu à rappeler avec énergie ce qu’était un vrai travail d’équipe, aura d’autant plus permis au monde francophone de sortir d’un confinement lourd et anxiogène, dans une explosion de joie et de volonté à tracer sa route.

 

Évidemment, on vous a calé tout ça dans une belle playlist sur Spotify – il n’y manque que l’hymne sublime de la Pro League que l’on doit aux fameux compères de Soulwax. Mais comme il n'est pas disponible sur les plateformes de streaming, et que l'on adore la fratrie gantoise, dans la fameuse playlist nous l'avons remplacé par "Empty Dancefloor", autre excellent titre sorti par Soulwax en 2020 en hommage à ces clubs vides qu'il nous tarde de retrouver.