Spoon

De Vooruit, Ghent, le 05-11-2014 | par Jeff le 06-11-2014

« Notre promoteur nous dit que ce n’est pas la première fois qu’on joue dans cette salle. Quelqu’un nous a déjà vus ici ? » Hormis un couillon probablement trop heureux d’amuser la galerie et qui s’est osé à un « yeah » auquel personne n’a vraiment cru, le silence fut assourdissant. En effet, il faut remonter tellement loin dans le temps pour trouver la trace d’un passage de Spoon en Belgique que même le groupe ne s’en souvient pas, c’est dire. Et vu qu’ici on a découvert Spoon avec Gimme Fiction (2005), et qu’on n’a pas souvenir d’un passage du groupe en Belgique depuis cette date*, c’est dire combien on était surexcités à l’idée d’enfin croiser sur scène la bande à Britt Daniel. Cette rencontre, elle a enfin pu se faire dans le cadre du festival Autumn Falls, qui cette année semble tourner le dos à Bruxelles avec un gros paquet de dates en Flandres – et une affiche toujours aussi classieuse. C’est dans un Vooruit de Gand honnêtement garni que le groupe s’est produit, histoire d’y défendre son récent (et excellent) They Want My Soul, non sans oublier de piocher dans une discographie riche de 8 albums.

Véritables ‘indie-darlings’ qui remplissent des salles de plusieurs milliers de personnes et font régulièrement la tournée de late night shows outre-Atlantique, les gars de Spoon ont néanmoins dû avoir conscience du gouffre de popularité entre Europe et Amérique. Heureusement pour nous, les Texans semblent se contrefoutre royalement de cet écart continental. Car fidèles à la réputation qui les précédait, le mecs ont régalé leur public belge avec un concert qui n’a pas connu le moindre temps mort ou la moindre faute de goût. 

Porté par une section rythmique impeccable qui est au cœur de la plupart des titres (plein de cœurs avec nos doigts pour le batteur / producteur Jim Eno), Spoon s’est employé à démontrer toute la valeur ajoutée que pouvait avoir un concert – par opposition à l’écoute domestique donc. Organisé autour de la personnalité magnétique et la voix délicieusement rauque de son leader, le groupe se met intégralement au service de Britt Daniel et le laisse arroser le public de son charisme de tous les instants. Ici, nul besoin de sombrer dans des poses bidons et d’enquiller les effets de manche à trois balles pour nous mettre quelques étoiles dans les yeux. Non, Britt Daniel est à l’image de la musique qu’il pond avec Spoon : d’une élégance folle et d’une efficacité qu’on ne soupçonne pas directement. Et c’est probablement là le propre des grands groupes : un rien leur permet de renvoyer à leurs chères études les 367 hypes de ces 5 dernières semaines.

Dans ce contexte, autant vous dire que les 90 minutes passées en compagnie du groupe ont filé. D’autant plus que la setlist alternait joyeusement entre meilleurs titres de leur petit dernier (« Do You », « Rent I Pay », « Knock, Knock, Knock ») et ‘fan favourites’ piochés dans leur riche discographie (« Small Stakes », « I Turn My Camera On », pour terminer sur le maximaliste « The Underdog »). On a même eu droit à une cover du « Remember » de John Lennon - et quand on écoute l’original, on comprend toute l’influence qu’a pu avoir l’Anglais sur le groupe. En tout cas, pour une première rencontre, ce fut réussi. Maintenant, il n’y a plus qu’à espérer que le groupe pense un peu plus souvent à la Belgique… Pas avare en acclamations, le public belge a fait de son mieux pour qu'il ne l’oublie pas.

SETLIST:

Knock Knock Knock / Rent I Pay / Don't You Evah / Who Makes Your Money? / You Got Yr. Cherry Bomb / The Ghost Of You Lingers / Trouble Comes Running / Rainy Taxi / Do You / Don't Make Me A Target / I Just Don't Understand / I Summon You / Outlier / ?/ Small Stakes / The Way We Get By / Got Nuffin

Rappel : Remember / The Beast and Dragon, Adored / I Turn My Camera On / The Underdog

 

* un lecteur fan du groupe nous souffle que depuis Gimme Fiction justement, il est passé à plusieurs reprises en Belgique, à Bruges et au Dour Festival notamment.