Mac DeMarco

La Maroquinerie, le 14-05-2013 | par Tristan le 24-05-2013
Première partie: Sean Nicholas Savage

Ce soir-là à la Maroquinerie, il ne fallait pas rater la première partie. D'ailleurs la salle, complète, ne s'y était pas trompée. L'essentiel du public est resté pour le concert du canadien Sean Nicholas Savage et lui a offert une petite ovation à la fin de son show, alors que bien souvent les spectateurs s'éclipsent pour fumer une clope dès que la dernière note retentit. Il faut avouer que ses pop songs lo-fi d'inspiration 80's et sa présence scénique sont irrésistibles. Accompagné seulement d'un claviériste, le grand crooner dégingandé trouve des aigus improbables, murmure, râle, lève la main vers le ciel avec un lyrisme qui contraste avec sa descente de bières.

A l'amour kitschissime de Sean Nicholas Savage, entre Prince, Marvin Gaye et George Michael (« More than I love myself », point d'orgue du concert) succède celui de Mac DeMarco, davantage empreint d'humour et de détachement. Le deuxième canadien n'a pas lui une voix qui lui permette de tenir seul la salle en haleine et ses chansons ne sont pas conçues pour de toute façon, c'est donc accompagné très classiquement d'une section rythmique et d'un guitariste qu'il égrène ses compositions urgentes, sans intro ni outro, encore plus pressées par une accélération du tempo les réduisant à moins de deux minutes. En dehors des chansons elles-mêmes, condensés du songwriting pop des années 50 à nos jours dont « Freaking out the Neighborhood » est le meilleur exemple, le deuxième guitariste est l'attraction de la soirée. Avec une nonchalance et un son incroyables il éclipserait presque le chanteur et les autres musiciens.

Mac Demarco possède malheureusement un répertoire assez réduit pour le moment - il n'a que 22 ans en même temps -, si bien que pour atteindre l'heure de concert il doit combler. Cela passe par les habituelles discussions entre les chansons, remerciements, anecdotes et autres blagues (figurez-vous que le batteur du groupe va avoir un enfant et qu'ils ont vu à l'échographie que ce sera un shemale) mais également par des reprises, pour le moins surprenantes: « Du Hast » de Ramstein (oui oui) sert d'introduction à un morceau tandis qu'une version allégée de « Enter sandman » de Metallica amuse une audience bien sage qu'on imagine mal aux concerts de ces groupes. Sean Nicholas Savage et son pianiste reviennent également sur scène pour reprendre avec leurs collègues un classique canadien, une chanson poignante à la Céline Dion.

La soirée fut donc placée sous le signe du divertissement, mais un divertissement de qualité. Ces Canadiens n'ont pas la prétention de changer la pop et encore moins le monde mais n'ont aucun mal à illuminer vos soirées.