You Want

Omar-S

FXHE Records  |  2020
7 / 10
par Bastien  |  le 26 mars 2020

C'est dans un relatif flou artistique qu'a eu lieu la sortie du dernier album en date d'Omar-S, le pourtant très attendu You Want : entre date de sortie mystérieusement repoussée (ou jamais clairement annoncée), la vente uniquement en ligne (dans un premier temps du moins) sur le site web du label FXHE Records qui fleure bon l'époque Minitel, pour enfin échouer sur les plateformes de streaming. À ce bordel s'ajoute la publication de deux clips totalement cheap, « Second Life » et « Hear Me Out Again » qui ont eu pour effet de faire monter un peu plus la sauce pour les amateurs de house et de techno de Détroit. Marketing 2.0 de génie ou totale improvisation ? On penche plutôt pour la seconde option tant l'amateurisme n'est pas ici vu comme un vilain défaut mais comme une vertu cardinale chez le patron de FXHE.

En effet, ce joyeux foutoir participe surtout à une esthétique et un état d'esprit DIY qui fleurent bon le localisme et l’authenticité là où la musique électronique est devenue depuis fort longtemps un produit de consommation globale et javellisé. Et si l'image d'Omar-S en ouvrier de chez Ford le jour et en producteur/dj le soir à quelque chose de romantique et participe indéniablement de son aura, on sent que le bougre fait avant tout de la musique de Détroit, à Détroit, pour Détroit. Le reste, il s'en bat royalement les roustons. Pour preuve, on se rappelle de sa réponse stratosphérique à Resident Advisor au sujet de son mix pour la série Fabric paru en 2009 :  « A few assholes are talking about "Oh, Omar-S. He did the same thing as Ricardo Vi-vi--...." whatever the fuck he's called. I don't even know who Ricardo Willalobo is. I ain't start hearing his name till like a year ago. Who the fuck is that? So how would I know what he did for Fabric? I don't even know how to say his last name, why would I bite off of him? ». 

On s'étonne peu donc de retrouver cet état d'esprit traverser tout You Want. Omar-S fait ce que bon lui semble, voilà peut-être le secret de sa longévité. Produire de la house chaude qui sent le stupre ? C'est chose faite avec « Second Life », « Oops » ou « Coming Home Mum ». Une petite dose de raw house ? Emballé c'est pesé sur « Don't Get in My Way » ou « Mandela Gold ». Des vibes funky ? Hop, régale-toi d"« Ambiance » mon bougre. Sans surprise le wonder boy de Détroit ne se pose aucune barrière, et bien que ça soit le plus souvent rafraîchissant, You Want connaît aussi son lot de titres plus dispensables- on pense à la techno interchangeable de «1993 » . Un reproche que l'on aurait pu faire aux précédents opus Thank You for Letting Be Myself ou The Best mais qui n'entame en rien le plaisir immédiat du son distillé par Alex Omar Smith.

Car la sincérité à toujours été ce qui caractérise le mieux la musique d'Omar-S, et elle continue encore et toujours de suer par tous les pores de You Want. On pourra sûrement trouver des titres plus emblématiques ou plus groovy sur certains de ses EPs, mais cela serait sûrement passer à coté de ce qui anime profondément cet album: cette volonté première de nous régaler, sans fard ni artifice. Un esprit résumé par ces paroles qui résonnent en boucle sur cet opus : « I don't care what you got, you want the best ! ».