There's No Place Like Homes

Exsonvaldes

Voxpop  |  2010
8 / 10
par Jeff  |  le 11 février 2010

On peut dire que l'année 2009 fut une véritable réussite pour les quatre Parisiens d'Exsonvaldes. Après l'enregistrement et la sortie d'un second album plus que positivement accueilli par la critique, Simon, Antoine, Guillaume et Martin ont embarqué pour une longue tournée hexagonale qui les a menés dans pas mal de salles prestigieuses, mais également dans des lieux pour lesquels le groupe semble s'être pris d'affection: les appartements. En effet, au cours de l'année écoulée, le groupe a investi à de très nombreuses reprises le 'home sweet home' de ses fans pour leur offrir des versions acoustiques de sa discographie. Et comme pour les remercier de leur hospitalité, il a décidé de reprendre les chemins du studio, en compagnie de son producteur Alex Firla, pour y réinterpréter à la sauce 'tout acoustique' une grosse majorité des titres de leur petit dernier. Et ce qui devait au départ être un EP 5 titres s'est transformé en There's No Place Like Homes, disque composé de pas moins de onze morceaux – des titres issus de leurs deux albums, mais également des reprises (Rolling Stones, A-Ha) ou des compositions qui n'étaient jusqu'alors disponibles qu'en téléchargement .

Forcément, à la lecture du cahier des charges, on pourrait penser que ce There's No Place Like Homes a tout du disque réservé aux seuls fans indécrottables. C'est en partie vrai, puisque ceux-ci retrouveront sur ce disque des réinterprétations rarement décevantes de titres qui les ont accompagné au cours de l'année écoulée. Mais ils trouveront surtout sur There's No Place Like Homes de nouvelles clés de lecture qui leur permettront de mieux appréhender le (bon) fonctionnement interne du groupe et l'équilibrage des forces vives au sein de celui-ci. Mais le simple fait de sacrifier ses compositions sur l'autel du « tout acoustique » ne fait pas d'Exsonvaldes un groupe juste bon à compter fleurette à nos esgourdes en manque de mélopées délicates. De fait, le gros point fort de ce ce disque que l'on peut considérer comme un élément à part entière du groupe, c'est qu'il parvient à conserver l'énergie des compositions originelles grâce à un jeu tout en tension qui ne s'encombre pas du moindre chichi – comme en témoigne cette version percutante de « Everything I See », qui ouvre le disque de la plus belle des manières, ou un « Last Year » complètement survolté. Evidemment, le groupe ne manque pas non plus de ralentir le tempo sur plusieurs morceaux, mais même lorsqu'il s'attaque au superbe single « Lali », il ne tombe pas dans le piège de la relecture squelettique et propose une version acoustique dont la dualité vocale et le tempo du refrain semblent encore plus pregnants que sur l'original.

Bien qu'enregistré en trois jours à peine, There's No Place Like Homes n'a rien du délire entre potes torché à la va-vite. Il faut dire que le producteur Alex Firla connaît aussi bien le groupe que celui-ci ne maîtrise son sujet. Au fil des mois, les concerts en appartement sont devenus l'une de ses spécialités d'Exsonvaldes, qui a suffisamment laissé murir le concept avant de lui donner vie dans un studio. Et cela donne à l'arrivée un disque bien plus indispensable qu'il n'y paraît, que vous soyez un fan ou ou non-initié.