There Is An Ocean That Divides...

Scott Matthew

Glitterhouse  |  2009
6 / 10
par Nicolas  |  le 17 septembre 2009

On l’a assez répété lors de la sortie de son premier album sans titre, il ne faut pas confondre Scott Matthew à son presque homonyme, l’inintéressant Scott Matthews. Une fois cette mise en garde passée, et inutile pour les initiés, nous pouvons nous replonger dans l’univers ô combien romantique de ce songwriter australien exilé à New York. Avant même d’aller plus loin, on conseillera à ceux qui n’aiment pas les efforts suintants et dégoulinants de bons de sentiments de rebrousser chemin car celui-ci en déborde, à l’image de son titre particulièrement long There Is An Ocean That Divides, And With My Longing I Can Charge It, With A Voltage That’s So Violent, To Cross It Could Mean Death. D’emblée, le ton est donné…

Et il ne faut leurrer personne, Scott Matthew frôle souvent la mièvrerie. Alors si l’on constate que sa voix prend quelque distance avec celle du Bowie des débuts, l’univers du songwriter est quant à lui toujours voisin de celui d’Antony Hegarty, dont il est un fervent admirateur. Globalement, les onze compositions de ce nouvel opus tendent à prolonger l’instant de mélancolie profonde, avec certes une pointe de lumière, qui nous avait envahis voici un an. En soi, Scott Matthew est un artiste qui nous fend le cœur par la force de son écriture. Mais le trop plein de sentiments sirupeux est proche, on préfère dès lors l’artiste sur scène étant donné qu’il y donne davantage de légèreté à son répertoire. Ainsi, celui qui s’est fait connaître par la B.O. de Shortbus nous procure une impression ambivalente ; autant on aime son folk savamment construit et relativement propre sur lui, autant on lui conseillera d’évoluer dans un registre différent afin de ne pas littéralement nous étouffer dans un cocon sans aspérité. En dehors de cette considération, Scott Matthew possède clairement un songwriting au-dessus de la moyenne et cela se ressent d’un bout à l’autre de ce There Is An Ocean That Divides…

En bout de course, on attend donc la suite avec impatience et, surtout, en se demandant si le chanteur australien parviendra à gommer les larmoiements de sa musique pour enfin faire l’unanimité. Et s’il y parvient, il ne fait aucun doute que son avenir est tout tracé et son étoile se mettra définitivement à scintiller… D’ici là, il n'y a plus qu'à attendre !