The Movement LP

D3CCPT

Cubeform  |  2009
7 / 10
par Soul Brotha  |  le 26 avril 2009

D3CCPT (prononcez "difruisisipity" ou plus simplement "Detroit Concept", comme vous le sentez) est, malgré les apparences, un groupe français composé de Gea, Vestat et Kwamé  - ce dernier étant connu pour un premier album remarquable, Le Bien Ne Fait Pas de Bruit. La petite bande s'est mis en tête de concocter un album rendant hommage à la scène hip hop de la Motor City (Detroit oui),une valeur sure du hip hop game d'aujourd'hui grâce au récent triomphe de Black Milk notamment.

Pour cela, les trois MCs ont mis le paquet: la moitié des tracks sont produites par l'excellent Tayreeb (parmi celles-ci on trouve les bangers "Galaxy" ou "I Ain't Shit") et la liste des invités aurait de quoi faire pâlir un rappeur américain mainstream! On retrouve Sly Johnson (l'ex-Saïan Supa Crew auréolé du succès de son bel album avec Erik Truffaz) sur le laidback "U & I", Guilty Simpson sur la tuerie imparable "Psycho" et même Black Milk himself! Le nouveau Roi de Detroit adoube magistralement le projet sur "We Keep It On", une bombe qui prendra racine dans les iPods. L'apport de ces invités de prestige apporte un certain cachet à l'album mais celui-ci n'en a pas forcément besoin pour fonctionner. On peut rester admiratif devant des morceaux tels "Pressure" (au refrain entêtant) ou "Feel Tha Funk".

Musicalement, The Movement LP est une réussite: on croirait entendre des instrus sortant tout droit des bas-fonds de Detroit: gros beats, effets synthétiques, bref toute la panoplie du banger efficace qui fait remuer les nuques. Il en est de même pour le flow des 3 MCs qui se permettent des passages en anglais plutôt réussis (sur les refrains notamment).

Vous l'aurez compris, The Movement LP est un album solide. D3CCPT réussi brillamment son pari de faire un album digne des grandes figures de Detroit. Seulement, cet album soulève certaines questions plus générales concernant le Hip Hop hexagonal: il est evidemment plaisant d'attirer des pointures telles Guilty Simpson ou Black Milk sur un album de hip hop français mais c'est franchement dommage que ce soit pour un album fait "comme à Detroit". On peut aussi déplorer le fait que l'un des meilleures albums en français de ces derniers mois soit totalement inspiré de ce qui se fait de l'autre coté de l'Atlantique. Un mal récurrent du rap hexagonal qui n'arrive toujours pas à se forger sa propre identité.

On peut quand même féliciter Gea, Vestat et Kwamé pour avoir pris le meilleur de ce qui se fait "en face" pour en concocter un disque puissant et plutôt marquant dans un hip hop français plus que moribond.