Swing Lo Magellan

Dirty Projectors

Domino  |  2012
7 / 10
par Julien L  |  le 14 septembre 2012

Depuis près de dix ans, les Dirty Projectors font preuve d'une hardiesse toujours renouvelée. Leurs deux derniers albums, Rise Above paru en 2007 (où le groupe réenregistrait de mémoire un album de Black Flag et recréait à sa façon l'esthétique rock hardcore des années 80), et l'excellent Bitte Orca il y a 3 ans, posaient définitivement les balises de leur rock à la physionomie en trompe-l'œil : énigmatique et néanmoins faussement complexe, simultanément étonnant et accessible.

Swing Lo Magellan débute par le puissant "Offspring Are Blank", lequel, entre couplets squelettiques aux accents doo-wop et refrains massifs bâtis pour les stades, est une parfaite entrée en matière. Les morceaux titubent régulièrement : "About to Die" débute par une rythmique chaloupée, et "See What She Seeing" et "The Socialites" se greffent sur une articulation aux ligaments et jointures brûlantes et nerveuses. Une basse, une batterie et des choeurs cinglants composent à eux seuls l'armature soutenant le chant épique de David Longstreth sur "Gun Has No Trigger", premier single de l'album.

Immanquablement, il y a chez les Dirty Projectors une recherche de déconstruction, un abandon volontaire de certaines balises distinctes de la musique pop. Mais ce n'est pas pour autant une constante. De beaux morceaux à l'évidence mélodique, où les tours de passe-passe sont mis à l'écart, sont également présents sur le disque : la ballade folk "Swing Lo Magellan", le sombre "Maybe That Was It" sur lequel fait écho le fantôme de Sonic Youth, ou le morceau de clôture "Irresponsable Tune".

Swing Lo Magellan est essentiellement un album de songwriting, comme l'avoue lui-même Longstreth, où la simplicité est assurément palpable. Ici, moins de beaux contre-chants, contrepoints et rythmiques folles dont Bitte Orca était bourré jusqu'à la moelle, et davantage de finesse. La recherche mélodique prend l'avantage sur les prouesses techniques de la guitare folle de Longstreth. C'est un disque intime, une musique de chambre mais également une superproduction aux arrangements adroitement ciselés. Nouvelle démonstration, s'il en fallait encore, de cette dichotomie qui fait de Dirty Projectors un grand groupe, et de Swing Lo Magellan un beau disque. 

Le goût des autres :