Sorry I Made You Cry

The Czars

Bella Union  |  2006
7 / 10
par Popop  |  le 15 février 2006

Les Czars ne sont plus. Ainsi en a décidé John Grant, un peu contre sa volonté, après le départ de la plupart des membres de son groupe et malgré une tournée européenne d’adieu en formation réduite. On avait déjà repéré sur le troisième album du groupe, intitulé de façon appropriée Goodbye, quelques signes annonciateurs, mais on continuait d’espérer, tant que l’officialisation n’était pas tombée. Elle est malheureusement arrivée, accompagnée de ce cadeau d’adieu au titre lacrymal.

Des larmes, la musique du groupe nous en aura fait verser et la disparition de cette formation laisse un goût amer dans la bouche, comme un grand sentiment de gâchis. En guise de compensation, Sorry I Made You Cry remet le couvert, en revisitant quelques-uns des plus beaux et des plus obscurs titres de la musique du siècle dernier. On pourra arguer qu’un disque de reprises est une drôle de conclusion à un chapitre musical, mais en faisant le grand écart entre Simon & Garfunkel, le Gun Club, Tim Buckley et ABBA (méconnaissable "Angel Eyes"), John Grant donne à son groupe un chant du cygne digne et troublant. Pour les fans, il y aura certes un sentiment de 'déjà vu', une poignée de titres étant déjà parus par le passé sous différents formats (faces-B, contribution à des tributes…). Dans ce nouvel écrin, ils ont cependant droit à une seconde vie. Et comme il aurait été criminel de laisser dans l’ombre des merveilles comme cette version du classique "My Funny Valentine" (l’une des interprétations récentes les plus réussies, avec celle de Rufus Wainwright), on ne peut qu’approuver cette démarche.

Il ne reste désormais plus aux fans qu’à prendre leur mal en patience, en espérant que les premiers travaux en solo de John Grant feront perdurer cette flamme romantique qui brûlait le leader des Czars. Pour l’instant le feu semble éteint, il ne reste plus qu’à souffler de la bonne manière sur les braises pour que quelque chose d’encore plus beau renaisse. Ou pas...