Selectors 003

Marcel Dettmann

Dekmantel  |  2017
8 / 10
par Jeff  |  le 29 juin 2017

Lancée il y a une année maintenant, la série Selectors du label Dekmantel a un objectif assez simple : laisser carte blanche à des DJ’s dont les talents de digger sont largement au-dessus de la moyenne, d’où le nom de « selectors » censé différencier le DJ à la petite semaine de l’obsédé passant une bonne partie de son temps à écumer les bacs des disquaires et les pages Discogs à la recherche de la pépite qui va mettre Shazam en échec ou faire souffrir les mâchoires d’un dancefloor. L’objectif n’est pas ici de les laisser s’exprimer l’artiste le temps d’un mix, mais bien d’élaborer une compilation rendant autant hommage à sa manière d’appréhender son art qu’à sa capacité à faire preuve à avoir le nez fin. Dans cette optique, les deux premiers noms adossés à la série remplissaient parfaitement leur office : tant Motor City Drum Ensemble que Young Marco sont mondialement connus pour leur capacité à pimenter leurs sets d’incroyables pépitos dénichés aux prix d’efforts que l’on imagine considérables, et la copie qu’ils ont rendue au label amstellodamois était en tous points impeccables.

Pour ce nouveau numéro, c’est donc au tôlier Marcel Dettmann que les clés de la baraque ont été confiées, ce qui est particulièrement intéressant tant l’économie actuelle de la musique électronique pousse le Berlinois a principalement dérouler d’incroyables sets de techno ‘fonctionnelle’ à longueur d’année, que ce soit dans les meilleurs clubs du globe ou dans les plus gros festivals. Pourtant, ceux qui suivent sa trajectoire avec une attention toute particulière auront noté que cette science imparable, elle s’est construite au prix d’un sérieux écolage et d’un travail de radiographie poussé des genres qui alimentent le "son Berghain" : la cold wave, l’EBM, la synth pop et la musique industrielle.

Cette approche davantage ‘historique’ est logiquement poussée ici à l’extrême avec une sélection de onze titre qui voient des pionniers comme Front 242 (« Don’t Crash » sur l’EP Politics of Pressure), Ministry (« Same Old Madness », un unreleased de 1982), Fag Gadget (« Back to Nature », premier single du groupe sorti en 1979) ou Martin Dupont (un obscur groupe de coldwave français) participer à cette obscure nouba. Des noms connus donc, mais des titres qui le sont probablement beaucoup moins pour les oreilles de l’auditeur lambda, qu’il soit fan de techno ou d’EBM. La père Marcel a également le bon goût d’ajouter deux edits spécialement conçus pour l’occasion, de titres de Cabaret Voltaire et A Thunder Orchestra, au demeurant très réussis et qu’on verrait bien s’insérer entre un Donato Dozzy et un Ben Sims dans à peu près n’importe quel de ses sets.

Alors certes, le plupart des titres ici présents se trouvent aisément sur Spotify, et il est même probable qu’une compilation comme celle-ci aurait pu être élaborée par n’importe quel quarantenaire érudit ayant passé le plus clair de sa jeunesse à bouffer les genres évoqués plus haut. Mais voilà, c’est Marcel Dettmann qui s’y est collé et il faudrait être d'une sacrée mauvaise foi pour avoir quelque chose à redire sur la qualité de choix ici opérés, et la manière dont les titres ont été agencés. En outre, ce Selectors 003 offre le plaisir assez rare d’entendre le Berlinois nous raconter à sa manière comment il conçoit la techno en tant qu'émanation de genre qui l'ont précédée, et nous permet accessoirement de mieux comprendre comment il en est arrivé à être l’un des plus grands DJ techno de son époque.