SAWAYAMA

Rina Sawayama

Dirty Hit  |  2020
8 / 10
par Ludo  |  le 12 mai 2020

Vous commencez à en avoir marre du revival nineties ? Pas de problème, vos artistes préférés décident d’avancer le curseur de leurs inspirations à la décennie suivante ! Et qui régnait sur la pop au début des années 2000 ? Il s’agissait bien sûr de Britney Spears, laquelle était avec sa rivale Christina Aguilera l’ambassadrice de la teen-pop de l'époque. Le ton était volontiers fleur bleue, innocent, crétin parfois, et la musique n’était qu’un prétexte pour des chorégraphies insensées qui rivalisaient toutes de kitscherie entre elles. Comme vous et comme moi, Rina Sawayama a grandi en matant ce genre de clips dans son salon. Ce n'est pas forcément la meilleure manière de découvrir des chefs-d'œuvre (j’y ai découvert le rap avec le clip « Right Around » de Flo Rida) mais au moins ça forge une inspiration, et même plus tard un étalon à l’aune duquel on peut évaluer notre bon goût musical. Voilà pourquoi cette chère Rina Sawayama consacre une bonne partie de son premier album à rendre hommage à cette sacrée Britney, quand elle ne lorgne pas du côté du nu-metal, qui, décidément, comme il est aussi présent sur les albums de Grimes et de Princess Nokia, a plutôt bonne presse en 2020.

Connue pour son bagout et son engagement dans un grand nombre de nobles causes (la communauté LGBTQIA+, l’alter-mondialisme, l’écologie, l’asio-féminisme) dont elle a l’habitude de parler dans ses vlogs, la chanteuse nippo-britannique avait suffisamment de matière pour illustrer son premier album tant attendu par ses fans, lesquels pour l’anecdote se font appeler les « Pixels ». Et pour celles et ceux qui se poseraient la question, son premier EP sorti en 2017 s'intitule Rina, il était donc logique que ce premier véritable album ait comme titre le patronyme de l’intéressée pour compléter son portrait.

Sur des morceaux comme « XS » et « Fuck This World », cette diplômée de Cambridge en science po, psycho et socio porte en dérision le R&B lascif et innocent qui faisait fureur lors de son enfance. Elle y accole un message engagé, comme pour souligner l’hypocrisie et l’inconscience de cette époque « dorée » et idyllique. Le morceau « Who’s Gonna Save Us Now » pousse même ce contre-pied un cran plus loin puisqu’il s’approprie la candeur et l’insouciance de certaines comédies musicales pour en faire une chanson de stade à visée revendicatrice et militante.

Cette tendance à détourner les codes de la pop pour en faire des manifestes politiques fait d’ailleurs un peu penser au label britannique PC Music. Ironie du sort, c’est rien de moins que le co-créateur de ce label, Danny L Harle, que l’on retrouve à la production du morceau « Choosen Family », cette fois davantage tourné vers l’introspection et l’hommage à la communauté queer, la « deuxième famille » de Rina. Ce morceau, ainsi que « Love Me 4 Me », sont particulièrement grisants car ils illustrent l’émancipation progressive de Rina à l’égard des carcans visant à la catégoriser et tempérer sa singularité. Ces morceaux font donc écho à son single « Cherry » sorti en 2018, où justement Rina dévoilait avec beaucoup d’élégance sa pansexualité. Cet affranchissement libérateur s’illustre également dans sa colère à l’égard d’une fétichisation de ses origines asiatiques, comme sur le morceau « STFU » où elle fait part d’un asio-féminisme rafraichissant mais encore bien trop rare dans la culture populaire. Le morceau aux accents très club « Comme des garçons », qui affirme encore davantage ce non-binarisme revendiqué, aurait peut-être encore gagné en impact si la participation de l’artiste brésilien Pabllo Vittar, aussi connu pour ses activités de drag-queen, avait été conservée.

Particulièrement réussis également sont les morceaux où Rina parle de son déracinement avec son pays natal (« Akasaka Sad », « Tokyo Love Hotel »). S’estimant à l’intersection de deux cultures et craignant l’appropriation culturelle en optant pour l’une au détriment de l’autre, c’est dans ses souvenirs d’enfance et sa relative insouciance qu’elle décide de se plonger, comme sur le morceau « Paradisin » où elle évoque ses nombreuses fugues adolescentes, avec en toile de fond des boucles. Ces rapports tumultueux avec sa famille, qui trouvent leurs racines dans le divorce assez brutal de ses parents lorsqu’elle était enfant, Rina les évoque également sur les morceaux « Snakeskin » ou encore « Dynasty », au sein desquels elle évoque, un peu comme Banoffee sur son dernier album, sa croyance en une transmission intergénérationnelle de certains traumas.

Cet album est donc un superbe aboutissement pour cette artiste qui s’est longtemps tenue éloignée du feu des projecteurs. Authentique par la sincérité de ses propos, audacieux par sa variété de styles et son équilibre entre différents genres musicaux, ce premier disque installe Rina Sawayama au sommet d’une pop intelligente, audacieuse, jouissive et définitivement très inspirante.

Le goût des autres :