Running Out of Love

The Radio Dept.

Labrador Records  |  2016
8 / 10
par Michael  |  le 9 novembre 2016

Si Johan Duncansson et Martin Larsson ont mis un sacré bail pour donner une suite au disque fétiche que reste Clinging to a Scheme, la première chose dont on se rendra compte, c’est ils n’ont rien perdu de leur rage et de leur colère. On pouvait déjà en avoir de sacrés avant-goûts avec les titres parsemés depuis deux ans sur la toile ("Death to Facism", "Occupied", "This Repeated Sodomy") et qui annonçaient très clairement la couleur: une œuvre à venir qui sentait à trois kilomètres le coup de grolles le plus couillu depuis les débuts du groupe. Au menu donc : un mesclun mêlant sévère critique de la situation politique suédoise, le trafic d’armes des pays occidentaux et l’hypocrisie du rôle moralisateur de ces mêmes pays dans la gestion des conflits internationaux, l’attitude de l’Allemagne lors de la crise financière, ou l’engagement et la montée des fascismes en Europe.

Présenté comme ça, vous vous dites ça sent le truc moisi, l’engagement petit bourgeois et la bonne conscience digne d’un disque de Cali. Et bien vous auriez tort de vous arrêter là car le discours de The Radio Dept. peut toujours être appréhendé selon plusieurs grilles de lecture. On peut y voir la dimension politique, sociétale; mais aussi une lecture plus intime, qui peut souvent s’appliquer à la relation amoureuse - sans parler des références et sous-entendus sexuels. Et même si je ne suis pas particulièrement friand de l’utilisation de la musique comme vecteur de messages, la démarche est ici louable. En effet, il est devenu très rare que la pop au sens classique et old school du terme s’investissent d’un discours un tant soit peu pertinent et ayant tout simplement quelque chose à dire sur le monde sans verser dans les lieux communs ou les engagements factices.

Ceci étant dit, il faut bien écouter l’album parler pour se rendre compte que le groupe a décidé de choisir un vecteur assez surprenant pour son propos. Depuis Pet Grief, on sait les Suédois très portés sur la chose électronique et, sans parler d’electro à proprement parler, on peut tout de même noter qu’il s’agit de l’album le plus synthétique du groupe, beaucoup de titres abandonnant complètement les guitares pour des claviers, des boîtes à rythmes et des séquenceurs - l'album se clôture même sur un titre presque eurodance, oui oui. Pour le reste, on reste dans un format très pop, conservant le goût pour les mélodies douces-amères. Et puis on retrouve cette voix familière, neutre mais toujours à la limite de la rupture.

Alors on est sans doute pas au niveau d'excellence et de perfection de Clinging to a Scheme ou même de l'émoi qu'avait pu susciter Lesser Matters, mais ce Running Out of Love reste tout de même un album qui tient largement la route dans la discographie des Suédois et est la preuve vivante que la pop peut avoir, quand elle s'en donne les moyens, une sacrée paire de couilles.

Le goût des autres :