Riots On Fashion Avenue

Westside Gunn

Effiscienz  |  2017
7 / 10
par Tariq  |  le 13 mars 2017

Au-delà de la nostalgie très bankable mais un peu creuse de Joey Bada$$ ou Action Bronson, des gens comme Roc Marciano ou Ka continuent de faire vivre dans l'ombre tout ce que le New-York des années 90 avait de plus noir et de plus venimeux. À 600 kilomètres de la Grosse Pomme, dans la ville de Buffalo, en face du Canada, les frangins Conway et Westside Gunn célèbrent également cet héritage. Leur univers mafieux et étincelant évoque une version plus jeune et plus fraîche du duo jadis formé par Raekwon et Ghostface Killah.

Attachés à ces sonorités old-school, les activistes du label français Effiscienz ont décidé de faire la part belle à cette fratrie pas comme les autres. En 2016, ils avaient déjà produit un EP pour Conway, Bullet, entièrement mis en musique par leur beatmaker maison, le français Mil. Ils ont remis ça en ce début d'année en propulsant un disque pour la personnalité la plus 'show off' du duo : le corrosif Westside Gunn alias 'Flygod'. Les auditeurs familiers des travaux de leur écurie Griselda Records (qui vient de signer un deal de distri avec Shady Records, label d'Eminem) ne seront pas déboussolés avec ce Riots On Fashion Avenue : la production de Mil se rapproche assez clairement de celle de Daringer, architecte sonore habituel des artificiers de Buffalo.

Au menu donc : beats bien gras, jolies boucles de jazz et science du sampling. Cela étant dit, le Français travaille la matière de façon plus traditionnelle, moins dissonante et expérimentale que l'Américain, rendant peut-être le rap de WSG plus accessible. Les deux pistes principales de cette plaque, "Brains Flew By" et "Dont Trust A Soul", sont deux hymnes pour les fins de soirées enfumées dans l'arrière-boutique. S'y déroule sous nos yeux un véritable film noir dans lequel le Flygod débarque à tombeau ouvert, chapeauté et calibré, soldant ses comptes et explosant les crânes dans les rues de Buffalo-la-maudite.  Autre belle idée : Effiscienz a vraiment pensé le projet pour le format vinyle. Ainsi, les deux titres inédits sont complétés par d'excellents remixes maison et des versions instrumentales. Bref, nous voilà revenus à la grande époque des maxis et des bacs de disquaires. Ne cherchez plus : le cœur du hip-hop new-yorkais bat désormais définitivement en un point imaginaire, situé à égales distances entre Buffalo et Paris. Chapeau les gars.