Resonance

Aleksi Perälä

трип  |  2019
8 / 10
par Jeff  |  le 25 janvier 2020

Si notre mémoire nous joue de plus en plus régulièrement des tours, celle de Discogs, autrement plus vive et réactive, ne se trompe jamais. Et elle nous rappelle que cela fait déjà 20 ans qu'Aleksi Perälä œuvre inlassablement à laisser son empreinte sur les musiques électroniques. Et le Finalandais aura toujours mis toutes les chances de son côté, notamment en débutant sa carrière sur Rephlex, le label de Richard D. James (aka Aphex Twin) et Grant Wilson-Claridge.

Si cette période représente à n'en point douter le moment charnière de sa carrière (et une pierre importante de l'édifice braindance construit par le label des Cornouailles), celle-ci a pris un nouvel envol quand, à l'initiative de Grant Wilson-Claridge, le petit Aleksi s'est trouvé un intérêt pour Colundi. Et que trouve-t-on derrière ce nom mystérieux aux airs de projet top secret de l'armée américaine? C'est Julien Michalak qui l'expliquait mieux que nous dans un article pour Vice : "Après la fermeture de Rephlex en 2014, Wilson-Claridge s’est affairé à des recherches historiques sur le son. Celles-ci l’ont mené à la création d’une série de 128 fréquences dans le spectre audible pour l’être humain qu’il a baptisée Colundi. Il s’agit d’une sorte de gamme microtonale, c’est-à-dire qui emploie des fréquences situées à des intervalles plus petits qu’un demi-ton, typiquement le plus petit intervalle dans la musique tempérée occidentale." Cet intérêt pour les fréquences microtonales, il a depuis viré à l'obsession chez le Finlandais, dont la série des Colundi Sequence n'en finit plus d'empiler les volumes et les compilations, pour former un corpus que seuls les fans les plus hardcore du bonhomme connaissent sur le bout des doigts, tant il est contraignant d'essayer de suivre le rythme affolant imposé par Aleksi Perälä, digne d'un Lil B de la grande époque.

Et si Aleksi Perälä est souvent associé aux sphères IDM (voire expérimentales), il est aussi depuis de nombreuses années une valeur sûre de la techno, dont les clubs les plus essentiels et emblématiques, du Robert Johnson au Bassiani en passant par le Berghain, ne manquent pas de l'inviter à intervalle régulier. Dans cette optique, il aime débarquer dans les meilleurs surboums du continent armé de missiles balisitiques de sa propre fabrication. C'est ainsi qu'il apparaît depuis 2017 sur трип (prononcez 'trip'), le label de cette diablesse de Nina Kraviz. Deux ans avec un premier EP, c'est dans un format un peu rallongé (ce qu'on nous vend comme un double EP a tout d'un album) qu'Aleksi Perälä nous revient. Et comme on a coutume de dire, il n'est pas revenu pour beurrer les sandwiches. En 10 titres pour 45 minutes à peine (c'est finalement assez peu pour de la techno de club), tout est dit sur la capacité du natif de Lahti à raconter beaucoup de choses en peu de temps - là où de trop nombreux impétrants s'en tiennent à un cahier des charges parfois trop lourd pour leurs frêles épaules, Aleksi Perälä s'appuie sur vingt années d'expérience pour avancer à son rythme, en faisant confiance à ses instincts plutôt qu'aux désirs d'un public potentiel. Pour autant, celui-ci trouvera sur Resonance ce qu'il est venu chercher : des titres dont l'élégance naturelle n'a que d'égal la force de frappe, à l'image d'un "UKMH51900044" qui résume à merveille les intentions du disque

Dire que Colundi est un concept un chouïa fumeux est un euphémisme. Ainsi, à Resident Advisor qui essayait d'en percer les mystères, Aleksi Peräla avait expliqué ceci: "Colundi's like a huge sphere, and then there's Christianity and Muslims and Atheism and science, little bubbles [underneath it]. I can't put it any better than that". Sylvain Durif likes this. En même temps, c'est exactement le même concept de musique microtonale qu'avait essayé de nos vendre King Gizzard & The Lizard Wizard sur Flying Microtonal Banana, le baratin cosmique en moins, mais avec un résultat tout aussi excitant et remuant que ce Resonance qui asseoit encore un peu plus la réputation de son auteur en tant qu'usine à banger, que celle de трип en tant que label de musique électronique parmi les plus essentiels de ces dernières années. Vous avez dit carton plein?