Reincarnated

Snoop Lion

RCA  |  2013
1 / 10
par Aurélien  |  le 14 mai 2013

On en a maintenant la certitude: Diplo est un affreux troll. Un troll qui a le sens du show et de la fête, et qui est même suffisamment talentueux pour transformer – quand il le veut bien – la daube qu'il touche en plaisir coupable instantané. Mais un troll qui arrive aussi, dans un seul et même geste, à se montrer tout aussi dégueulasse qu'une bombe sale en plein marathon de Boston. La preuve avec Reincarnated, le vingt-troisième (!) album de Snoop Dogg entièrement produit par ses soins et qui est sorti dans la foulée de Free The Universe, deuxième album de son side-project Major Lazer. Et comme c'est l'un des plus gros étrons de ce début d'année et que les deux bonshommes savent être comme cul et chemise, l'ami Snoopy s'est senti obligé d'en rajouter une couche : sa collaboration avec la tête pensante de Mad Decent ne sera ni plus ni moins qu'un album de reggae, sous l'alias bien cliché de Snoop Lion.

Autant dire d'emblée que les réécoutes n'ont vraiment pas été tristes face à ce qui a tout de la blague potache: quand une vieille gloire du G-Funk qui s'improvise rasta rencontre un businessman bankable prêt à ébranler toutes les légendes contre quelques dollars, on se dit que la papier ne part pas sur de bonnes bases. D'ailleurs Reincarnated prouve vite que certaines règles sont faites pour ne pas être transgressées: Snoop Dogg fait du reggae comme Skrillex fait du dubstep, à savoir avec un strict respect du cahier des charges. Tout ce petit exercice de style est d'ailleurs réalisé de façon très feignante : exception faite de ''Lighters Up'', l'unique véritable réussite du disque, tout dans cet album pue le mauvais chichon et une vision honteusement plastifiée du reggae qui ferait presque passer Yannick Noah pour notre Lee 'Scratch' Perry national.

Vu l'encyclopédie vivante qu'est le père Wesley Pentz en matière de reggae, on est fortement assez outrés. Car on le sait capable de faire bien mieux que cette production à gros kicks odieusement cheap, où le moindre drop dubstep semble prêt à pointer le bout de sa sale gueule – mais ne vous inquiétez pas, tous ses petits connards de potes vont s'empresser de remixer tout ça dans les mois à venir. Mais le plus déprimant derrière tout cela, c'est d'entendre à quel point Snoop Dogg semblé désabusé de voir sa carrière musicale partir à ce point en couille qu'elle l'oblige à bouffer à tous les râteliers, que ceux-ci s'appellent David Guetta, Bob Sinclar ou même Jean Roch. C'est bien simple, Reincarnated est un disque tellement catastrophique qu'il ferait passer le Distant Relatives de Nas & Damian Marley, autre exemple peu reluisant de la rencontre entre rap et reggae, pour un chef d'oeuvre intemporel. Bref, le genre de bouse qui se passerait bien volontiers de chronique, mais il faut croire qu'on aime se faire un peu de mal entre deux bons disques.

Le goût des autres :