Record Collection

Mark Ronson & The Business Intl

Jive Epic  |  2010
7 / 10
par Soul Brotha  |  le 2 novembre 2010

C'est fait, Mark Ronson est enfin devenu une star internationale. Ce n'était pas forcément la trajectoire prévue pour celui qui n'était, au départ, qu'un producteur hip hop prometteur mais discret. En 2003, Here Comes The Fuzz nous avait permis de faire connaissance avec un petit Anglais capable de délivrer des beats imparables pour Q-Tip ou Ghostface Killah (vous vous souvenez du banger Ooh Wee?). Mais c'est en 2007 que les choses ont pris une toute autre tournure. Les sorties consécutives du Back To Black d'Amy Winehouse et de son album de reprises Version ont permis à Mark Ronson de se faire un nom sur la scène internationale. Et après avoir produit ici ou là (notamment pour ses protégés Wale et Daniel Mearriweather), il revient donc pour ce troisième album accompagné d'un tout nouveau groupe, les Business Intl.

Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il s'agit là d'un projet bien différent de ce que l'on a pu entendre auparavant. Loin du hip hop ou de la soul, c'est du coté de la pop et du rock que Mark Ronson fricote sur ce Record Collection. Dans une ambiance très synthétique, ces 14 pistes nous en font voir un peu de toutes les couleurs, alternant le bon et le moins bon. Les tubes imparables que sont "Bang Bang Bang" et "The Bike Song" (dans lequel on retrouve Spank Rock avec grand plaisir) au début de l'album font d'abord penser qu'on a affaire à quelque chose de grand. Malheureusement, on comprend vite que le corps du disque déçoit. Cet assemblage pop 80's est, en fait, assez indigeste et parfois même pénible. Et on se prend à zapper allègrement des morceaux tels que "The Color of Crumar" ou "Record Collection" (dans lequel Ronson pousse la chansonnette). Le pire étant atteint sur "Glass Mountain Trust", un morceau qui flirte avec le n'importe quoi, quasi-inaudible malgré la présence étonnante de D'Angelo.

Malgré tout, il serait injuste de totalement abattre en flamme ce Record Collection. Cette direction musicale troublante ne peut occulter le fait qu'il s'agit ici d'un projet cohérent, qui se tient de façon assez remarquable malgré une pléthore d'invités venant de tous horizon (Boy George, Q-Tip, Theophilus London, Ghostface Killah...). Et ici, le talent de Mark Ronson n'est pas du tout remis en cause, il s'agit juste de se demander s'il l'utilise véritablement à bon escient.

Le goût des autres :

note : 88/10Julien Gas note : 77/10Laurent