Music for a While

Revolver

EMI  |  2009
8 / 10
par Splinter  |  le 1 juin 2009

Si les Beatles ont évidemment inspiré un nombre impressionnant de groupes britanniques depuis trente ou quarante ans en créant les bases d'un format musical dont le succès ne s'est jamais démenti avec le temps, leur influence sur la pop française n'apparaît probablement pas de manière aussi manifeste. Il est ainsi assez difficile de citer une formation hexagonale revendiquant ouvertement ou présentant même modestement une filiation évidente avec le groupe de Lennon et McCartney, les groupes pop ou rock français étant jusqu'à présent davantage conditionnés par la chanson traditionnelle ou par le rock universitaire américain. Cette situation un brin déprimante, il faut bien le dire, touche cependant à sa fin avec l'heureuse apparition dans le paysage musical de Revolver, dont les liens avec les Beatles sont très loin de se limiter à leur seul nom.

Découverts par hasard en décembre 2008 sur la petite scène de la Maroquinerie à Paris en première partie de Sammy Decoster, les trois Parisiens n'ont eu de cesse de confirmer nos bonnes impressions à l'écoute, tout d'abord, d'un maxi de cinq titres sorti en fait quelques mois plus tôt, puis de Music for a While, ce premier album tout simplement excellent, dont les qualités manifestes tranchent radicalement avec le reste de la production française. Elevés au biberon de la musique classique, Ambroise Willaume, Christophe Musset et Jérémie Arcache ont, à leur manière, rédigé le manifeste d'un nouveau genre musical, intitulé pop de chambre, qui consiste à jouer des morceaux pop aux parures classiques, dans une ambiance ouatée, le groupe s'attachant à ne pas hausser la voix ni à jouer trop fort – les amateurs de rock délicat apprécieront.

Evidemment influencé par les Beatles pour les mélodies et les chœurs, Revolver trouve également un lien familial et musical avec le folk des années 1960, Simon & Garfunkel en tête ("Luke, Mike & John"), mais également avec des auteurs contemporains, comme Elliott Smith ("Balulalow"), pour un résultat surprenant de maîtrise et de maturité. Il faut dire que, disposant d'une solide base musicale, à rebours de la quantité industrielle de groupes de jeunes qui se montent en n'ayant écouté que les Strokes, nos trois pistoleros, désormais assistés d'un batteur officiel, possèdent en plus un sens inné, voire assez unique par chez nous, de l'air imparable et des arrangements aux petits oignons, comme en témoigne par exemple "A Song She Wrote", peut-être le sommet de cet album brillant avec la douce ballade qui lui succède, "You Drove Me Home", chantée d'une voix précieuse.

Talentueux et inspirés, donc, Ambroise, Christophe et Jérémie pourraient bien, ensemble, révolutionner le rock français en mûrissant et en creusant davantage leur sillon, c'est-à-dire en développant leur style associant pop et musique classique, en prenant garde toutefois à éviter l'écueil de la grandiloquence, ce que n'a pas nécessairement réussi à faire l'un de leurs aînés, Rufus Wainwright. Mais, d'ores et déjà, ce Music for a While, s'impose comme l'un des événements musicaux de cette année et possède même toutes les qualités pour constituer une référence de la pop hexagonale.

A lire également : notre interview de Revolver (février 2009)