Man Of Aran OST

British Sea Power

Rough Trade  |  2009
6 / 10
par Popop  |  le 3 juillet 2009

Curieux phénomène que celui qui agite les groupes britanniques ces dernières années et qui consiste à mettre en musique de vieux films muets des années 20 ou 30. Après le semi-échec des Pet Shop Boys avec le film Battleship Potemkin de 1925, c’est au tour de British Sea Power de tenter sa chance avec cette bande originale composée pour Man Of Aran, un film documentaire réalisé en 1934 par Robert Flaherty sur la vie quotidienne d’une famille de pêcheurs vivant sur une île de l’archipel d’Aran, au large de l’Irlande. Inutile de dire qu’avec pour postulat de départ un exercice de style aussi contraint, ce successeur officieux à l’exubérant et excellent Do You Like Rock Music ? est surtout l’occasion pour le combo britannique de s’essayer à la musique instrumentale en version longue – après quelques tests plutôt réussis au format court sur ses précédentes galettes.

Et pour des néophytes du genre, avouons que les cinq musiciens ne s’en sortent pas trop mal. Toutes les prises ne sont pas d’une fraîcheur extrême, il y a de vieux poissons remis sur l’étal sous un nom plus neuf ("North Hanging Rock", "True Adventures", et "The Great Skua" sont tous réutilisés ici), mais le fumet de l’ensemble est presque appétissant, notamment lorsque l’on prend l’ensemble, c'est-à-dire l’image plus le son – le packaging ayant la bonne idée de proposer le CD mais aussi le DVD du film avec sa nouvelle bande-son. En revanche, séparée de tout support visuel, la musique composée par le groupe pèche (ha ha) beaucoup plus.

Bien sûr, c’est là l’une des limites de toute BO, mais le phénomène se retrouve amplifié ici tant il est évident qu’en matière de musique instrumentale, le groupe n’a pas totalement trouvé sa patte. D’ailleurs, on frôle régulièrement si ce n’est le plagiat tout du moins l’imitation, avec deux modèles à peine cachés : Sigur Rós pour les passages calmes et planants, et Mogwaï pour les grandes envolées bruitistes. Il y a pire comme références, mais est-ce vraiment ce que l’on attend de British Sea Power ? Par contre, si l’on considère Man Of Aran comme un premier jet de pistes, un lancer d’idées et de démos pour le prochain album du groupe, alors il y a de quoi se réjouir car les bons passages sont nombreux (le final de "The South Soun", la course-poursuite endiablée de "The Sunfish"). Mais sur 73 minutes, ce n’est pas suffisant pour captiver l’auditeur jusqu’au bout de ce disque for fans only et dont le meilleur morceau est assez ironiquement le seul chanté, une reprise d'un vieux titre de Bonnie Beecher ("Come Wander With Me"). Reste néanmoins une jolie découverte, celle du documentaire d'origine, et la fierté d’avoir fait nettement mieux que les Pet Shop Boys avec un sujet encore moins bandant.