Live at the Zenith

Archive

Warner  |  2007
8 / 10
par Jeff  |  le 11 juin 2007

Bien souvent, lorsqu'arrive le moment d’enregistrer un album live, un groupe aime revenir sur ses terres pour y mettre en boîte ladite galette. Mais les Anglais d’Archive étant de parfaits inconnus dans leur pays d’origine (deux concerts à peine en 2007!), c’est pour leur patrie d’adoption – la France et son Zénith de Paris – qu’ils ont dû opter. Il faut dire que la France - avec la Belgique, l’Italie ou la Grèce – compte parmi les rares pays qui ont adhéré au mélange enivrant de trip-hop, de rock progressif et d’électro concocté par le duo Darius Keeler / Daniel Griffiths.

Comme on s’y attendait, le disque est une très bonne synthèse de la dernière tournée du groupe au cours de laquelle il a défendu le très bon Lights. Ce disque, qui marquait un retour aux sources pour Archive, était également celui du renouveau. Après le départ inattendu de Craig Walker, le groupe (ou plutôt le collectif) avait été contraint de se reconstruire pour aborder dans la sérénité l’écriture de Lights et la tournée qui allait suivre. Exit donc Craig Walker et bonjour à la revenante Maria Q, au jeune Pollard Berrier et au maigrichon David Penney. Heureusement, tous ces chamboulements n'ont pas empêché le groupe de trouver le juste équilibre non seulement en studio, mais également sur scène où il a rarement déçu.

En véritables orfèvres du son, Darius Keeler et Daniel Grifith, entourés d’excellents musiciens, parviennent à donner aux morceaux d’Archive toute la puissance et la grâce qu’ils développaient déjà sur disque. « Lights », morceau d’ouverture du concert et pièce angulaire de l’album du même nom, plante directement le décor: légèrement raboté par rapport à sa version originale (15 minutes quand même), il n’en reste pas moins monumental avec sa montée en puissance hypnotique qui plonge l’auditeur dans cet univers noir et vaporeux si cher à Archive. Le groupe remettra d’ailleurs le couvert en fin de prestation avec le majestueux « Again » et son quart d’heure de beauté fulgurante. Entre ces deux jalons, le groupe passe en revue sa discographie et opère une sélection du meilleur goût. Tous les albums du groupe – à l’exception du pourtant très bon Londinium - y sont représentés, sans qu’on y voie un ordre de préférence. Le groupe a même inclus dans sa sélection « Bridge Scene », le seul titre honnête de la bande originale du nanard Michel Vaillant. C’est donc dans des versions légèrement modifiées (et parfois supérieures aux originales) que l’on entend un Archive au sommet de sa forme.

On regrettera l’absence de titres comme « Take My Head », « Numb » ou « System » sur un Live at the Zenith qui aurait peut-être mérité d’être accompagné d’un second disque qui aurait davantage reflété les prestations fleuves qu’affectionne le groupe, mais de manière générale, nous ne bouderons pas notre plaisir devant ce disque indispensable pour tout fan d’Archive qui se respecte.

Le goût des autres :

note : 1010/10Laurent_old