L'Horizon

Dominique A

Olympic Disk  |  2006
8 / 10
par Popop  |  le 15 février 2006

Quand Dominique A nous promettait il y a deux ans que "tout serait comme avant", on ne voulait pas le croire. Pas avec un disque aussi extrême. Pas avec un artiste aussi imprévisible. Pourtant, lorsque l’on pose L’Horizon pour la première fois sur la platine, on se rend compte que le bonhomme avait raison, qu’il savait parfaitement où il allait et que nous, pauvres fans aveuglés, avions déjà un bon train de retard. Ce disque, c’est à la fois la suite logique et la synthèse des deux précédents, un mélange de mélodies pop et de titres tarabiscotés, un recueil pour guitares où les cuivres prennent de plus en plus d’importance, un album à la fois complexe et direct - "Dans Un Camion" est sans doute le titre le plus diffusé à la radio depuis le début de la carrière du bonhomme (et paradoxalement l’un des morceaux les plus faibles ici).

Au fond, on n’en attendait pas moins du Nantais, sédentaire dans l’âme avec la bougeotte perpétuelle au cœur. A l’horizon, au bout de cette limite naturelle imposée par l’œil, le sieur Ané voit des choses qui lui appartiennent et d’autres dont il ne sait que faire, des rêves de grand large et de cétacés, des aspirations jamais satisfaites de voyages et surtout beaucoup de souvenirs. Des souvenirs qui remontent inexorablement à la surface, qu’il le veuille ou non, qu’ils soient les siens ("Rue des Marais", clé de voûte de ce nouvel opus) ou ceux des autres ("Retour au Quartier Lointain", adaptation musicale du superbe manga de Jirô Taniguchi). A fleur de peau, pratiquement mis à nu dans certains textes mais sans jamais sombrer dans la mélancolie larmoyante, Dominique A livre ici l’un de ses meilleurs recueils de chansons, un disque qui plaira sans doute plus aux fans d’Auguri qu’à ceux de Remué mais qui sonne toujours juste. A une époque où la chanson française, soi-disant nouvelle, est adoubée par la vieille garde et où l’on voudrait nous faire croire que le seul choix possible est entre Bénabar et Souchon, il est rassurant de voir un type comme Dominique A (ou son talentueux copain Katerine, dans un tout autre genre) filer un bon coup de pied dans cette fourmilière en pleine décomposition.

Le goût des autres :

note : 88/10Nicolas note : 88/10Jeff note : 99/10Maxime