Land of Make Believe

Kidz In The Hall

Duck Down  |  2010
8 / 10
par Soul Brotha  |  le 2 avril 2010

Les Kidz In The Hall, on commence à connaitre. Ce duo de Chicago semble aller toujours plus haut. Après un School Was My Hustle juvénile et fougueux (2007), The In-Crowd (2008) les a sacré comme un des rares groupes actuels à véritablement tenir ses promesses (et, à vrai dire, on ne les attendait pas à un tel niveau). Pour ce troisième album en trois ans, il s'agit ici de ne pas s'essouffler ou se répéter, ce qui est loin d'être le cas.

Rappelons tout d'abord que le binôme composé de Double-O et Naledge (qui a entamé une carrière solo l'an dernier avec une mixtape brillante, Chicago Picasso) est signé sur le label Duck Down Records, soit la même maison que Sean Price, Boot Camp Clik ou Black Moon, ce qui est un sacré gage de qualité. Pourtant, de façon assez inattendue, l'album commence assez mal. Il est dur de comprendre ce que font les assez moches "Traffic" et "Flickin'" ici, plus encore de comprendre pourquoi ce dernier est le single qui vendra l'album.

Ces sueurs froides passées, on retrouve l'enthousiasme et le brio du duo. Sur des instrus plus qu'efficaces, maniant aussi bien les ambiances soul ("L_O_V_E", "Simple Life" avec la délicieuse Amanda Diva) que les beats plus bouncy (avec notamment un "Out To Lunch" monté sur ressort ou "Will II Win"), les Kidz In The Hall prouvent qu'ils sont bien là, toujours aussi constants dans la qualité de leurs production.

Bien sûr, Land of Make Believe n'est pas dénué de défauts. Outre ces deux premiers tracks complétement loupés ("Flickin" fait vaguement penser à du Three Six Mafia et ce n'est pas un compliment), certains autres morceaux passent à coté de leur sujet comme "Take Over The World" (en même temps, prendre le regrettable Just Blaze à la co-production et Colin Munroe pour le refrain, c'est se tirer une balle dans le pied) ou entrent dans une oreille pour ressortir par l'autre ("Bougie Girls" notamment). Mais rien de bien méchant, globalement, puisqu'on trouve assez peu de déchet dans ce disque.

Ces deux petits gars là font parfois penser à des groupes comme People Under The Stairs ou Crown City Rockers: des artisans du hip hop qui font leur truc dans leur coin sans vraiment crier gare et qui le font plus que bien. Cela dit, il y a aussi une évidente influence de la tendance hipsters, et on peut d'ailleurs dire qu'à l'heure actuelle, les Kidz In The Hall sont de loin les rois de ce sous-genre, en attendant que les Cool Kids veuillent bien se bouger. Mais on les attend depuis combien d'années les Cool Kids?