La vie augmente vol. 1

ISHA

Zone51  |  2017
7 / 10
par Jeff  |  le 16 mai 2017

Bien sur le devant de la scène depuis 18 mois environ, le hip hop belge commence peut-être à être victime de son succès. Enfin, des victimes, n'allez pas les chercher du côté de Damso ou Roméo Elvis, qui moissonnent généreusement grâce à Ipséité et Morale 2. Et encore moins du côté de la paire JeanJass & Caballero, qui occupe elle aussi pas mal de terrain avec la sortie de Double Hélice 2. Par contre, on voit combien il devient déjà difficile d'exister au-delà de cercles d'initiés pour des gars comme ISHA, à qui il reste peu d'opportunités vu le temps de cerveau qu'occupent déjà les noms évoqués plus haut.

Pourtant, s'il y a bien un "rookie" (vous comprendrez plus bas l'utilisation des guillemets) sur lequel on a envie de miser gros, c'est lui. Et puis dans l'absolu, on ne se fait pas trop de soucis pour le Bruxellois: d'abord parce qu'il peut bénéficier du parrainage bienveillant de Caballero & JeanJass (ce dernier a d'ailleurs réalisé une moitié de l'album et vient pousser la chansonnette sur "Le salon de l'auto"); ensuite parce qu'un certain Veence Hanao (aka le gars qui manque le plus au rap belge en 2017) a servi de directeur artistique sur l'autre moitié de ce nouveau projet; et enfin parce qu'il n'a aucunement l'intention de se poser en oiseau pour le chat, bien au contraire. De la détermination, ISHA n'en manque pas, et cette première tape le démontre d'un bout à l'autre des 10 titres qui la composent.

Mais ce qui fait la spécificité de celui qui se faisait appeler Psmaker à ses débuts, c'est sa propension à se développer sans véritablement se caler sur les tendances dominantes du rap. Ces fameuses tendances, il préfère les digérer et les amalgamer dans un produit qui n'a en fait l'air ni belge, ni français, ni américain. De cette singularité naît une vraie fraîcheur qui, tant au niveau des thématiques que des sonorités, éclabousse un projet qui ancre solidement les bases d'une carrière dans un monde dont seul ISHA connaît les codes et les moindres recoins - parce que clairement, il faut vraiment s'en battre les steaks pour rapper avec l'accent du Sud sans passer pour une grosse baltringue.

Après, tout n'est pas parfait sur La vie augmente vol. 1, mais il faut bien chercher pour alimenter notre mécontentement. On pense cependant à certains textes qui manquent un peu de richesse. Heureusement, ce petit défaut est souvent contrebalancé par une énergie sincère, une vraie musicalité dans la voix ("Tony Hawk" montre la voie) et un travail impeccable sur les productions - la plus belle preuve de ce qu'on avance réside dans l'imparable "S.O.A.B.", dont on se demande encore pourquoi il n'a pas dépassé les 10.000 vues sur YouTube.

Dans la globalité de ce que peut offrir la scène belge actuellement, La vie augmente vol. 1 n'est peut-être pas ce qui se fait de plus définitif ou imparable, mais en abandonnant Psmaker pour devenir ISHA, le emcee accepte de repartir de zéro, de poser les bases d'un univers qu'il veut autrement plus abouti et singulier que ce qu'il faisait à ses débuts, et dans lequel on a vraiment envie de se perdre. Et puis en forme de double cerise confite sur le gâteau, on rappellera que cette mixtape se télécharge gratuitement, et que son titre contient la mention "volume 1". Alors pour le coup, on va arrêter de faire les fines bouches.

Le goût des autres :