Keep In Touch

Armani White

Armani White  |  2019
7 / 10
par Ruben  |  le 17 décembre 2019

Keep In Touch est l’album que Chance The Rapper aurait dû sortir plus tôt cette année. Mais, étant visiblement trop occupé à célébrer son mariage, le rappeur de Chicago connaitra un réel trou d’air artistique sur la monstruosité qu’est The Big Day, un disque totalement raté et dénué d’intérêt. C’est tout le contraire avec le premier EP d’Armani White. En effet, si on aborde ici la discographie de Chance The Rapper, c’est parce que Keep In Touch renvoie à l’univers jovial d’Acid Rap, de The Social Experiment mais surtout de The Coloring Book.

Et pourtant, lors de la composition du lead-single de Keep In Touch fin 2018, Armani White n’était pas particulièrement d’humeur joviale ; il venait d’enterrer son père et luttait contre un terrible syndrome de la page blanche. Affalé sur le canapé de sa mère, incapable d’aligner la moindre rime cohérente, Armani se torture l’esprit. C’est alors que sa petite nièce, qui a besoin d’aide pour réparer un jouet, entre dans la pièce en chantonnant « This my type of day, my type of day, my type of day-ay-ay ! ». Le refrain de « Onderful », qu’il avait tant de mal à boucler, était né. Douze mois plus tard, le rappeur de Philadelphie, qui a doucement repris du poil de la bête, est fin prêt à sortir un premier projet concret.

Avec ses inflexions vocales à la D.R.A.M. et un groove qui se rapproche des pitreries d’Anderson .Paak - on pense à l’incroyable « Black Oak Park »-, Keep In Touch est un de ces projets qui, dès les premières notes, impose une aura d’excellence. En effet, chacune des huit pistes a la particularité de dégager une atmosphère différente ; on peut passer d’un « Say Whaat » angélique, à un gros banger comme « Public School», pour basculer dans un storytelling introspectif sur le poignant « Thanksgiving ». Sans trop en faire, sans jamais tomber dans la facilité, Keep In Touch dévoile toute la versatilité d’un MC qui n’a absolument besoin de personne pour briller – aucun invité ne viendra le suppléer tout au long des 26 minutes de ce premier EP.

Ainsi, après une cuvée 2019 plutôt pauvre en grands disques de rap – seul le IGOR de Tyler The Creator semble réellement sortir du lot -, Keep In Touch permet de boucler cette année tristounette sur une bonne note et de nous rappeler, à l'approche des fêtes, l'importance de prendre grand soin de ses neveux et nièces.