In 3D

OG Hindu Kush

AGL  |  2011
8 / 10
par Justin  |  le 1 août 2011

C’est une réalité, les rappeurs canadiens ont généralement du mal à s’exporter. Pourtant, au-delà des Classified, K-OS ou autres Swollen Members, il existe bel et bien une scène hip-hop au pays de la marmotte, et le combo québéco-ontarien OG Hindu Kush en est la preuve sonnante et trébuchante. In 3D n’est peut-être que le premier LP du duo, mais Loe Pesci et Osa affichent déjà une grosse aisance derrière le micro, au point que l’on parle désormais d’eux comme de senior rookies. Pas étonnant quand on connait leur passé de battling international… d’autant que cela fait près de quinze ans qu’ils baignent dans le milieu. Des scènes underground de Paris (Rap Contenders) aux King Of The Dots (battles pancanadiennes), les deux compères ont étrenné leurs flows ciselés sur la route.

Alternant des pièces quasi-humoristiques (« How You Like Me Now » , « Grey Alien Suits ») et morceaux plus lourds ( « Warehouse District » , « Hell’s Kitchen »), les deux compères servent un ensemble relevé et homogène garni de compositions instrumentales léchées. Ces productions signées Moon Boots, 80rock, JD Blacklisted, Crack Moses et Loe Pesci lui-même font la part belle aux nappes et aux claviers nébuleux pour une ambiance électronique, voire même lunaire. Loe et Osa embarquent ici l'auditeur dans un road trip intersidéral, mais attention il n'y a pas de place pour l'improvisation pour autant. Les passagers embarqués ont été soigneusement sélectionnés : la liste des invités est courte et c'est tant mieux. Royce da 5'9'' partage ainsi les crédits avec les Montréalais I.Blast et The Narcycist pour des collaborations délicieuses.

Le résultat : un disque consistant, à la hauteur des meilleures sorties américaines du premier semestre 2011 (Beastie Boys, Talib Kweli, Atmosphere), le grand nom en moins. Servi par un packaging efficace (livret et lunettes 3D à l'appui d'un dessin impeccable), l'album d'OG Hindu Kush est sans nul doute l'objet rapologique à posséder en ce morne été 2011.