I'll Sleep When You're Dead

El-P

Definitive Jux  |  2007
8 / 10
par Simon  |  le 7 mai 2007

Jamais une absence ne fut plus longue. Sorti de la scène rap-indé en 2002 après le bien nommé Fantastic Damage, le départ du bonhomme se fit ressentir dans une scène en perte de vitesse. Durant toutes ces années, El-P fait un grand détour par le jazz (avec la sortie de High Water), l’accompagnement de certains artistes rock au moyen de remixes (TV On The Radio ou Beck pour ne citer qu’eux) ou encore la réalisation d’une bande-son cinématographique (Bomb The System), c’est donc un producteur/rappeur gonflé à bloc qui nous revient cinq ans plus tard, amorçant ce retour heureux vers des contrées plus strictement hip-hop.

Tout d’abord, les fans de la première heure se réjouiront d’apprendre que l’Américain n’a pas perdu son génie en cours de route, et force est de constater qu’il en a même profité pour le décupler de manière sensible en y incorporant les précieuses découvertes récoltées tout au long de son exode musical : on retrouve ici les productions alambiquées d’une complexité rare qui avait fait la singularité et le succès de Fantastic Damage, qui auront de quoi étonner les plus drogués aux productions mainstream qui pullulent, mais qui séduiront indéniablement, au fil des écoutes, l’auditeur en quête de nouveaux horizons sonores. Écouter le son d’El-P c’est comme traverser un champ de mines les yeux bandés : on sait que ça va nous péter à la gueule à un moment ou l’autre mais on ne sait pas d’où ça va venir tout en sachant pertinemment bien que ça va être d’une violence rare (sauf que avec EL-P, l’expérience est hautement appréciable...). Vouloir résister au talent du monsieur consisterait à esquiver durant une heure les assauts d’une batterie live dévastatrice en guise de sample, se protéger de montées en puissance vocales de haute voltige. Au contraire, les plus téméraires pourront se jeter dans la gueule d’un loup qui sait y faire en matière d’ambiances pesantes et oppressantes, pour redécouvrir avec plaisir les joies d’un hip-hop aux sonorités audacieuses et profondément jouissives (DJ Shadow ne semblant jamais très loin sur certains titres).

Il est de ces moments où l’attente d’un disque se fait vraiment pressante, et pour cette occasion, EL-P confirme à l’unanimité les espoirs qu’on avait placés dans la suite de son Fantastic Damage. Avec I’ll sleep when you’re dead, El-P marque un grand coup dans l’industrie du rap, projetant ainsi son ovni musical aux rangs des plus belles réussites de cette année en cours. El-P, un nerd qui vous veut du bien...

Le goût des autres :