Holly

Nick Waterhouse

Innovative Leisure  |  2014
8 / 10
par Jeff  |  le 4 avril 2014

Si l’on veut vous donner une petite idée de qui est Nick Waterhouse, on ne fera certainement pas référence à son très chouette premier album, Time’s All Gone, passé complètement inaperçu dans nos contrées. Par contre, plus utile, on vous renverra vers la campagne promotionnelle pour le jeu FIFA14 avec du Drake et du David Guetta dedans, et qui utilisait le « Some Place » de l’Américain en guise de bande-son. Un titre voguant entre songwriting anachronique et production moderne, qui symbolise à merveille l’esthétique défendue par Nick Waterhouse. Souvent associé aux revivalistes soul à la Sharon Jones, le binoclard de L.A. est bien plus qu’un machine à débiter du titre soulful au kilomètre. En effet, contrairement à pas mal de ses coreligionnaires et contemporains auquel on a assez vite tendance à l’associer, Nick Waterhouse s’amuse avec un palette de genres bien plus vaste. Son ossature à lui, elle est avant tout R’n’B. Mais pas celui qu’on bouffe à longueur d’année et sous toutes ses formes, mais plutôt cette musique née dans les années 40 et puisant toute sa vivacité dans le gospel, le blues et le jazz. Ce style, Nick Waterhouse se l’approprie et le dépoussière avec respect, à un tel point que le mec est capable de transformer le bordélique « It # 3 » de Ty Segall en une ritournelle bien balancée sans qu’on s’en rende vraiment compte. Evoluant dans un cadre dont il franchit rarement les contours (il y a bien des clins d’œil au jazz ou au tango dans certains ponts), Nick Waterhouse prend le parti de nous pondre un disque qu’il a voulu cohérent, mais surtout d’une efficacité qu’on ne retrouvait pas sur son premier effort. Ici, 10 titres seulement, pour une trentaine de minutes rondement menées. Et un enchaînement assez impressionnant de singles potentiels qui, pour la plupart, ont du groove à revendre. Le printemps vient à peine de commencer, mais notre petit doigt nous dit que ce Holly va nous accompagner jusqu’à la fin de l’été…

Le goût des autres :

note : 88/10Amaury note : 77/10Amaury L