Gutter Rainbows

Talib Kweli

Blacksmith Music  |  2011
8 / 10
par Bahi  |  le 3 février 2011

Talib Kweli est ce qu'on pourrait appeler un rappeur "classique", tant son travail suscite l'admiration de la part du public et de ses pairs. Réputé pour ses talents de emcee et pour son goût prononcé pour la musique de qualité, le natif de Brooklyn a toujours su s'entourer de très bons éléments, et ce tout au long de sa carrière. Mais cette fois-ci, ni Mos Def, ni Hi-Tek, ni qui que ce soit d'autre à la base du projet. Car cette fois-ci, Kweli est allé piocher à droite à gauche pour bâtir ce projet multicolore qu'est Gutter Rainbows.

Effort métissé, à la teneur mélancolique, ce nouvel album est une ode directe au ghetto auquel le emcee a apporté une touche particulière. Les morceaux sont structurés autour de son flow élastique et de boucles simples mais diablement efficaces dans la pure tradition new-yorkaise. Prenons pour exemple « Wait For You », où quelques accords de piano prennent racine sur un beat minimaliste proposé par S1. La variété des beatmakers est d'ailleurs ce qui fait de cet album un patchwork épicé, polychrome, rappelant l'image de l'arc en ciel. Tout un symbole. Pour illustrer cette savante alchimie de tons, citons la présence de personnages comme Ski Beatz, Marco Polo, 6th Sense ou bien Oh No. Passant du chaud au froid, du sombre à la lumière, ces transitions sont permises grâce à la multiplicité de ces producteurs qui n'ont pas cherché à forcer leur jeu pour rentrer dans les plans du MC.

Si travailler avec un panel aussi large de producteurs est un exercice auquel Kweli s'est rarement prêté, cela n'empêche pas Gutter Rainbows de taper juste. Il s'en ressent des bases sonores tendres, réceptives à ce phrasé athlétique, permettant de livrer des morceaux aux caractéristiques bien singulières, tout en maintenant ce liant imperceptible assurant l'unité de l'effort. Parfois envoutant et sémillant lorsqu'il s'agit de célebrer l'amour sur « Friends & Family », Talib Kweli peut se présenter brutal et froid lorsqu'il rugit sur une instrumentale aussi virulente que celle de « Tater Tot » ou quand il défie l'amertume d'un pluie glaciale sur « Cold Rain ».

Que les apparences ne soient pas trompeuses: Gutter Rainbows n'est en aucun cas un album caméléon ou un bête pot pourri de pistes additionnées de manière aléatoire. C'est bien plus que cela. Mosaïque de sens et de forces, l'œuvre est un paradoxe à elle seule, reposant sur des contrastes fondus par l'aura d'un Talib Kweli majestueux, au rayonnement sublimé par l'altérité des sonorités produites. Tout en étant simple, il parvient, lui et sa nuée de beatmakers, à travailler uniformément des teintes différentes, pour parfaire la métaphore de cet opus, à savoir sublimer et accorder les courants du ghetto.

Le goût des autres :

note : 88/10Soul Brotha note : 77/10Justin