From The Valley To The Stars

El Perro Del Mar

Licking Fingers  |  2008
8 / 10
par Adrien  |  le 11 octobre 2008

A l'instar du collectif I'm From Barcelona, El Perro Del Mar, alias Sarah Assbring, nous vient tout droit de Göteborg, Suède. Après nous avoir gratifié deux ans auparavant d'un premier album éponyme qui avait mis en exergue toute la mélancolie de son interprète, la belle scandinave reprend dès 2007 le chemin des studios (ses compos étant enregistrées chez elle par ses seuls soins) avec la ferme intention de nous congratuler d'un deuxième opus. Son titre? From The Valley To The Stars, hymne à la joie et à l'espoir qu'El Perro Del Mar se targue d'avoir retrouvé.

Car pour la petite histoire, El Perro Del Mar est le nom de scène choisi par miss Assbring suite à un épisode vécu sur les côtes de la péninsule ibérique : alors déprimée par une période de vide artistique, la jeune femme, lors d'une promenade en bord de mer, voit surgir des eaux un chien. Une révélation pour la demoiselle qui, de retour dans son Göteborg natal, recommence à composer, quitte à ne plus s'arrêter. From The Valley To The Stars est ainsi, à l'image de cette anecdote, l'expression des sentiments de sa génitrice, un mélange d'allégresse et de spleen porté par une multitude d'instruments (piano, basse, batterie, flûte, violon...) et des compos minimalistes sans détour.

On s'en rend compte assez rapidement, la place de la religion est prépondérante dans les textes et la musique d'El Perro Del Mar. Outre la pochette ayant pour effigie une enfant cafardeuse réfugiée dans les bras d'un ange, les mélodies de ce From The Valley To The Stars se caractérisent souvent par la présence d'un orgue. L'instrument donne à l'ensemble une cohérence certaine que Sarah Assbring compte bien cultiver à travers des morceaux planants, portés par une voix plaintive, irrésistiblement lascive. En clair, c'est bel et bien sur un plateau d'argent que cette jeune Suédoise nous sert son indie pop vaporeuse, menée par la grâce de “Glory to the World”, les accents soul de "How Did We Forget" et, véritable point d'orgue de l'album, "Somebody's Baby", qui n'est pas sans rappeler l'esprit 60's des Supremes entre autres.

El Perro Del Mar confirme ainsi, avec ce From The Valley To The Stars, son statut de révélation scandinave. Là où son premier album avait marqué par sa mélancolie exacerbée, ce nouvel opus apporte ici une nuance certaine d'entrain et de jovialité. N'est-ce pas là le propre du lyrisme, l'expression de sentiments personnels? Pour cet enclin artistique que Sarah Assbring nourrit de fragilité et de volupté, chapeau bas.

Le goût des autres :

note : 88/10Fabien note : 99/10Julien