Extra-Lucide

Disiz

Def Jam France  |  2012
3 / 10
par Aurélien  |  le 7 décembre 2012

On fait probablement partie des seuls, mais après le semi-plantage de son projet rock Peter Punk il y a trois ans, on n'a pas franchement vu d'un mauvais œil le retour au rap business de Disiz. On s'est même plutôt éclatés à parcourir Klub Sandwich ou l'EP préliminaire à ce sixième album, Lucide. Remonté comme un coucou, c'est entre la sortie d'un bouquin, d'un nombre important de collaborations et d'une bonne tonne de clips que le MC a trouvé le temps de nous pondre un Extra-Lucide qui se montrera à l'arrivée sans réelle saveur et cultivant même un goût désagréable pour la surenchère. On s'explique.

La couleur était annoncée dès Lucide''fuck le rap", aujourd'hui Disiz n'a que faire des étiquettes qu'on veut bien lui coller. Ainsi, les plus allergiques à son virage rap/rock/pop à gros synthés risquent d'avoir leur lot de réactions épidermiques. Les autres aussi d'ailleurs : Extra-Lucide est en effet un album désespérément long et bourré de baisses de régimes. Remis de sa peste contagieuse, Disiz égare son mordant dans ce vaste tracklisting au profit d'un album rempli de bons sentiments parfois touchant, mais souvent trop lisse pour nous tenir en haleine plus de deux titres successifs. Le résultat ? Plus de la moitié des deux galettes passe à la trappe et on a le sentiment désagréable de devoir faire son marché au sein d'un album qui a honteusement privilégié la quantité à la qualité.

Une surprise d'autant plus décevante que la pose ici adoptée est franchement détestable. Car certes, si du haut de ses rimes faciles Disiz n'a jamais brillé par sa maîtrise inégalée du verbe, c'est avant tout son extrême humilité qui a toujours fini par nous convaincre que Disiz était un mec bien à sa place dans le rap. Mais la posture égotrippée de ''prophète du rap'' qu'il adopte ici, après autant d'années d'absence, ne lui ressemble pas. Pire encore, elle prête le plus souvent à la rigolade. A tel point que ses pires phases se retrouvent balayées par la prestation des autres MC présents ayant moins de bouteille que lui, à l'image d'un Orelsan, qui pulvérise en quelques mesures la quasi-intégralité des meilleures phrases lâchées jusque là par Disiz. C'est donc peu dire que certains refrains dégueulasses – celui de ''Best Day'' pour n'en citer qu'un – peinent à se voir rééquilibrés par les meilleures punchlines du bonhomme.

Résumons le produit autant que possible : Extra-Lucide est indéniablement une galette bossée et avec des éclairs de créativité qu'on aurait souhaité plus fréquents. Mais c'est surtout un produit désespérant d'inégalité, de lourdeur et à ne réserver qu'aux plus fans capables de grosses concessions. Outre le sympathique message d'amour adressé à son public, le MC semble ici ne savoir verser que dans les lieux communs les plus totaux, s'adonnant à un exercice qui ne lui ressemble pas, dont il ne maîtrise pas les codes et qui se veut tellement mature qu'il s'en montre agaçant de puérilité. Pas de quoi non plus perdre totalement foi en Disiz, mais suffisamment pour être déçu d'une galette dont on attendait un peu plus. Pour l'heure, mieux vaut ressortir Jeux de Société donc.

Le goût des autres :

note : 33/10Soul Brotha