Expenses Paid

Kane West

Turbo Recordings  |  2015
8 / 10
par Jeff  |  le 21 septembre 2015

Décrire la vision musicale de la clique PC Music est une tâche éminemment compliquée. Heureusement qu’un journaliste du Guardian est parvenu à condenser dans une phrase parfaite de justesse l’esthétique défendue par le collectif anglais : "A group of twentysomething Londoners who make music which sounds like Japanese tween pop of the distant future played through the JD Sports in-store radio of 2002; an internet-only cooperative whose fetishisation of manufactured pop and AOL-era internet aesthetics has led it to create what might be thought of as a club-based version of the Disney Channel." Bref, un micro-phénomène qui agite pas mal de ciboulots et une musique extrêmement polarisante, pas vraiment facile d’accès malgré des velléités pop évidentes, et qui flaire bon le 19ème degré. Une fine équipe au sein de laquelle on croise un certain Kane West, aka Gus Lobban, aka un tiers du groupe bien barré Kero Kero Bonito. Pas à une ineptie près, le producteur anglais fait des infidélités à la maison-mère pour poser sur Turbo Recordings, label qui ne partage absolument aucun point commun avec PC Music. Un peu comme si Calvin Harris sortait son album sur Hyperdub. En fait, la présence du bonhomme sur la structure de Tiga trouve son origine dans un remix du « 100 » de la paire Tiga / Boys Noize, qui lui a ouvert les portes de la maison du Canadien le temps d’un EP. Un court format donc, qui fait suite au déjà remuant Western Beats (un EP en téléchargement gratuit, d'ailleurs), et qui confirme Kane West comme la caution véritablement dancefloor de PC Music - parce que bon, je sais pas vous, mais personnellement, j'ai beaucoup de mal à pas passer pour un gland quand je danse sur du Hannah Diamond. Bref, de ce gros bordel où electro Bontempi, wonky décomplexée et retro-house se paient un petit voyage dans le shaker émerge une musique qui s’amuse avec les codes et le mauvais goût, sans jamais sombrer dans le sordide, le ridicule ou le mauvais "WTF JAPAN?!?". Ça fait grincer des dents parfois, mais ça nous fout une banane pas possible et un large sourire la plupart du temps. Bref, c'est un vrai bon bol d'air frais parfumé à l'hélium.