El Camino

The Black Keys

Nonesuch  |  2011
8 / 10
par Jeff  |  le 9 décembre 2011

The Black Keys = The White Stripes. Voilà ce que l’on a l’habitude de lire dans une presse mainstream (qui n’en est pas à une approximation près) au sujet des premiers nommés depuis qu’ils ont fait leur apparition en 2002 sur Alive Records, le label du français Patrick Boissel qui héberge encore aujourd’hui quelques gros amateurs de blues bien crasseux à l’image des Black Diamond Heavies ou de Left Lane Cruiser. Et s’il est vrai qu’on a pu trouver quelques similitudes entre les deux groupes à leurs débuts, rien n’est aujourd’hui plus faux.

Tout d’abord, parce qu’à une époque où les deux formations coexistaient, on avait déjà noté qu’à mesure que la qualité des disques des White Stripes glissait sur une pente descendante, ceux des Black Keys gagnaient à chaque fois en efficacité. Et puis, s’il est vrai que le duo d’Akron est lui aussi apparu à une époque où le rock était sauvé par une armada de groupe en « The » et en slim, il n’a jamais semblé aussi éloigné de ces idéaux qu’aujourd’hui. En 2011, les Black Keys ne sont plus un duo aux mœurs DIY et aux barbes mal taillées. Non, c’est l’affaire d’un groupe, tant sur scène (ils sont accompagnés d’un bassiste et d’un claviériste) qu’en studio où un certain Danger Mouse met son petit grain de sel dans une mécanique pourtant bien huilée depuis quelques années maintenant. D’ailleurs, évoquer la métamorphose progressive des Black Keys sans aborder la contribution de Brian Burton relèverait de la pure hypocrisie. Car sans avoir l’air d’y toucher, le génial américain est parvenu à ouvrir les portes du succès aux Black Keys, transformant leur blues graisseux en une musique dont les aspérités ont certes été gommées, mais sans pour autant perdre en force de frappe.

Avec leur précédent Brothers, les Black Keys ont définitivement assis la réputation du groupe, notamment grâce à « Tighten Up », le seul morceau de l’album produit par… Danger Mouse. D’ailleurs, ce dernier est à nouveau aux commandes de ce septième album, et il fait une fois de plus des merveilles. Musicalement, la paire Auerbach/Carney est en pilote automatique. Mais ne conduit heureusement pas une vieille bagnole similaire à celle qui illustre la pochette de El Camino - qui est en fait le premier van de tournée des Black Keys! On a plutôt ici affaire à une belle Ford Mustang d’époque, fière et rutilante, du genre à attirer tous les regards sur son passage. Car soyons clairs: il sera bien compliqué de résister aux nombreuses attaques frontales que contient El Camino, un disque qui navigue évidemment en territoires bluesy, mais voit aussi le groupe laisser parler son côté glam rock ou rendre un hommage très légèrement voilé au « Stairway to Heaven » de Led Zeppelin sur le très bon « Little Black Submarines ». Et pour mettre en musique cette armada de singles potentiels (« Run Right Back », Gold On The Ceiling » et on en passe) ou avérés (« Lonely Boy »), il y a bien sûr un Danger Mouse en forme olympique. Ces artifices de production commencent à être connus, mais la formule est invariablement gagnante: plutôt en retrait, l’homme fait un travail assez remarquable sur la section rythmique, dont les apparentes rondeurs pourraient sembler en contradiction évidente avec le projet musical originel de Black Keys, mais permettent en fait d’orienter les projecteurs sur les talents de songwriting universel des Black Keys.

Forcément, avec un disque de ce niveau et un plan promotionnel en béton armé , il sera bien difficile de passer à côté de El Camino. Mais s'il est des moments où la surexposition médiatique commanditée par un label un peu trop dispendieux atteint des proportions exaspérantes, on ne peut que se réjouir de voir un groupe comme les Black Keys venir brouter l'herbe des plus gros vendeurs de disques.

Le goût des autres :

note : 77/10Aurélien note : 88/10Soul Brotha note : 88/10Laurent note : 66/10Amaury L note : 77/10Ruben