Des Fleurs

Gaël Faye

AllPoints  |  2018
6 / 10
par Yoofat  |  le 6 décembre 2018

Depuis la sortie de son premier roman, Petit Pays, Gaël Faye n'est plus du tout vu de la même façon en France. Grâce à sa nouvelle notoriété, le rappeur de Milk, Coffee & Sugar est devenu le chouchou de France Inter, Telerama ou des ONPC - bref, de la culture bien dite du pays des gilets jaunes. En somme, il est le meilleur contre-exemple aux rappeurs plus traditionnels, ceux qui disent "yoyo" avec la casquette sur le côté, qui veulent faire de toutes les femmes des putes ou qui pensent que "croire" se dit "croiver". Le bon élève, cultivé en plus d'avoir des idéaux de gauche.

Gaël Faye n'a jamais cessé d'être un "Fils du Hip-Hop". La beauté de ce genre réside justement dans sa pluralité et dans l'authenticité de ses auteurs. Un genre dans lequel flingues et roses cohabitent pacifiquement. Des fleurs, son nouvel EP, n'est donc pas un disque de slam, comme veulent nous le faire croire Laurent Goumarre ou Léa Salamé. Déjà parce que la musique "slam" n'existe pas, mais surtout parce que les qualités techniques de Gaël Faye sont évidemment celles d'un backpacker, d'un storyteller qui jongle entre le Slick Rick de 1988 et le Oxmo Puccino de 2009. 

La musicalité du rappeur parisien se voit légèrement rénovée, enrichie par des voyages exotiques. Loin de la baile funk que pratiquent actuellement Sadek ou Soolking, Gaël Faye emprunte toutefois au Brésil de manière plus classique et plus subtile. L'ADN principal de Gaël Faye est parfaitement restitué dans ces cinq titres, faisant l'apologie du voyage et des bons mots, et la guerre à de nombreux maux - via un listing parfois malheureux - d'un monde quasi-apocalyptique. En attendant un nouveau long projet de Gaël Faye, ce petit rappel de ce qu'est sa musique devrait de nouveau parvenir à satisfaire les auditeurs avertis ainsi que ceux découvrant le rap via France Inter. Bon courage à ces derniers.