Comedown Machine

The Strokes

RCA  |  2013
6 / 10
par Maxime  |  le 25 mars 2013

Franchement, on ne savait pas trop bien ce que les Strokes étaient encore en mesure d'apporter à la musique des années 2010 après leur quatrième album, le mitigé Angles. Par ailleurs, on avait bien du mal à suivre leurs pérégrinations: rumeurs de séparation, embryons de carrières solos ou sessions d'enregistrement de Julian Casblancas sans le reste du groupe. Il aura pourtant fallu à peine deux ans aux anciens kings en Converse pour nous pondre Comedown Machine.

Soyons clair d'emblée: on ne tient pas un second Is This It. Et puis de toute façon, qui le voudrait vraiment ? Le temps du "retour du rock" millésime 2001 est bel est bien révolu. Ceci posé on peut prendre ce Comedown Machine comme il vient, et qui contrairement à son prédécesseur qui manquait cruellement de souffle, apparaît avec des attraits singuliers. Il faut dire que, de la pochette au titre de l'album en passant par le son, les Strokes assument complètement leur virage new wave, marquant définitivement la main mise de Casablancas sur le groupe, lui qui avait fait de son album solo Phrazes for the Young un premier laboratoire de ce son.

Il faut bien admettre que si rien de révolutionnaire ne transparaît au fil des pistes, la cohérence de l'ensemble et le savoir faire d'un groupe qui a maintenant plus de dix ans de carrière tendent à faire mouche. Etrangement les deux premiers singles sont presque les maillons les plus faibles de l'opus, "All The Time" tentant maladroitement de convoquer les mânes d'Is This It (on croirait presque le morceau ajouté à la hâte avant le bouclage du tracklisting par la maison du disque), et "One Way Trigger" qui, bien que plus catchy, ne donne pas une idée juste de l'ensemble.

C'est plutôt vers "Tap Out", qui dès les premières mesures affiche crânement la couleur, ou les réussis "Slow Animals" et "Partners In Crime", qu'il faut se tourner pour avoir une bonne idée du potentiel des new-yorkais sur ce nouveau terrain. L'ensemble est soudé par deux balades plutôt inattendues et bien ficelées, 50-50 pile au milieu du disque, et "Call It Fate Call It Karma" tout à la fin. On ne va pas se mentir, tout ça ne fait pas de Comedown Machine un chef d'oeuvre et on ne passera pas ce disque en boucle tout l'été comme on a pu le faire en 2006 du formidables First Impressions of Earth. Mais ne crachons pas non plus dans la soupe, on a entendu (et on entendra) bien pire cette année.

Le goût des autres :

note : 66/10Jeff note : 77/10Tristan note : 66/10Amaury L