Cocotte

Teenage Bad Girl

Citizen  |  2007
7 / 10
par Jeff  |  le 27 juin 2007

Depuis quelques mois, le monde entier a – à juste titre dans certains cas – les yeux rivés sur Paris, le label Ed Banger et sa clique de joyeux drilles, Justice en tête. Mais face à ce ramdam médiatique, on en oublierait presque que dans l’ombre des soirées fluorescentes et débauchées orchestrées de main de maître par un Busy P aux anges, Citizen Records œuvre dans l’ombre et aligne sans sourciller les productions de qualité. D’ailleurs, quand on y réfléchit bien, cette discrétion affichée par le label dijonnais colle parfaitement avec l’attitude de son patron, Pascal Arbez alias Vitalic, qui est connu pour sa timidité et qui a toujours su convaincre par la seule force de ses compositions. On avait récemment pu avoir un bref aperçu de ce dont certains de ses petits protégés étaient capables sur l’excellente compilation Résumé, mais nous étions malheureusement restés sur notre faim en termes de quantité.

Heureusement, voilà que débarque enfin Cocotte, le premier album du duo Teenage Bad Girl. Creusant davantage encore le sillon « électro maximaliste » pafaitement exploité par Vitalic sur OK Cowboy, Greg Kazubski et Guillaume Manbell nous sortent le genre d’artillerie lourde dont on avait déjà entrevu la force de frappe sur des titres comme « Cocotte » ou « Hands of a Stranger » qui faisaient office de teasers sulfureux plébiscités et playlistés par des sommités comme Erol Alkan ou DJ Hell. Originaire de Paris, Teenage Bad Girl présente d’importantes similitudes avec pas mal d’autres artistes issus de la capitale. Il y a notamment cette propension aux breaks ravageurs si chère à Para One ou cette vision trash et salace d’une house popularisée par Daft Punk et que Justice nous avait balancée en pleine face sur son Waters of Nazareth. Ajoutez à ce mélange déjà détonnant une bonne dose de vocoder ou des guitares saturées et vous obtenez le genre d’ambiance décadente et désinhibée qui colle à la peau des meilleurs groupes de rock.

A l’évidence, ce Cocotte-là est un album excellent, un sacré cran au-dessus de la majorité des productions actuelles, et qui fera des ravages sur les pistes des clubs et les plaines des festivals cet été. Finalement, sa seule faiblesse est de ne pas contenir un single impeccable capable de mettre tout le monde d’accord et de donner à cette vilaine fille l’attention médiatique qu’elle mérite amplement.

Le goût des autres :

note : 77/10Simon note : 77/10Nicolas note : 88/10Soul Brotha