Clark

Clark

Warp  |  2014
8 / 10
par Yann  |  le 20 novembre 2014

Il faut bien le reconnaître: on avait enterré Clark un peu vite après Iradelphic. D'ailleurs, l'Anglais s'acharne depuis lors à le prouver à la face du monde, d'abord avec un album de remix Feast/Beast plus qu'honorable, ensuite avec le single "Superscope" qui nous avait mis une bonne claque en début d'année. En revenant avec un album éponyme, nous nous attendions à une sorte de résumé de la carrière du producteur, et c'est plus ou moins ce qu'on obtient, même si certains traits sont plus présents que d'autres. Car oui, globalement, la tonalité de l'album (surtout dans sa première partie) est définitivement celle d'un Totem Flares, sa production la plus pop et accessible jusqu'ici. Ainsi "Winter Linn" joue le même rôle que l'excellent "Growls Garden", même si Clark se retient cette fois de chanter. Passée cette mise en bouche, l'Anglais entreprend de nous balader dans différents styles: "Unfurla" pour l'IDM, les très dispensables arpèges au piano de "Strengh Through Fragility" qui s'insèrent néanmoins avec grâce avant le torturé "Sodium Trimmers" et surtout le quasi big beat "Banjo". Malgré ces morceaux finalement assez différents les uns des autres, la première moitié de Clark conserve une forme d'identité sonore qui lui confère la cohérence d'un bon disque. C'est alors que débarque "Snowbird", qui sert de charnière entre la première et la deuxième moitié du disque. Un morceau lumineux et quasiment synth-pop qui nous amène aux titres nettement plus intellos du disque, pour beaucoup pas dépourvus d'énergie ("The Grit and the Pearl", "Silvered Iris"), là où d'autres sont carrément plus ambiant ("Everlane" et, dans une moindre mesure "Beacon"). Rapidement, on sent que cette deuxième partie est sans doute celle qui tient le plus à cœur à Clark, et que les premiers titres sont surtout là pour prendre par la main les auditeurs qui n'oseraient pas pénétrer dans la musique de cet artiste réputé exigeant. A l'arrivée on se dit que ce disque éponyme de Clark est peut-être la meilleure porte d'entrée sur un triptyque Body Riddle/Turning Dragon/Totem Flares, qui reste malgré tout un cran au-dessus de cette dernière livraison.

Le goût des autres :