A Deeper Understanding

The War On Drugs

Atlantic Records  |  2017
8 / 10
par Victor  |  le 3 septembre 2017

C’était annoncé dès le titre : si vous veniez voir le virage artistique radical pris par la bande à Adam Granduciel, il faudra repasser. À l’occasion de leur premier album sorti sur une major, War On Drugs fait du War On Drugs. Avec A Deeper Understanding, ils font un pas de plus dans ce qui semble être un parcours tout tracé. Ils se placent dans la continuité de ce qu’ils ont sorti précédemment mais ils vont plus en profondeur dans des mécaniques désormais bien huilées.

Suivant une formule qui a fait le succès de leur précédent, Lost In The Dream, ce quatrième album enchaîne les ballades et les morceaux longs, savants mélanges de rock « à la Springsteen » et de pop-rock tous synthés dehors. Jusque-là, rien de très innovant, ni dans la structure ni dans les sonorités proposées. Les deux albums ressemblent même presque à des jumeaux si on n’y prête qu’une oreille distraite. Ressemblance provoquée par la constance des américains dans le foisonnement sonore presque kitsch (mais jamais du mauvais côté de la barrière), les influences eighties et la production toujours très propre et maîtrisée.

Mais, heureusement, comparaison n’est pas raison et ce nouvel album offre plus qu’un copier-coller de son aîné. Le duo rythmique basse-batterie y côtoie pianos, orgues, synthés, guitares acoustiques et électriques, harmonicas ou saxophones dans un grand melting-pot qui peut déstabiliser. Mais après quelques écoutes, les pistes qui se confondaient dans une surenchère de détails commencent à apparaître comme de grandes fresques dont les petites touches de couleur donnent richesse et profondeur à l’ensemble. Les membres du groupe s’érigent alors en artistes passés maîtres dans l’art de peindre à coup de claviers et de cordes. C’est encore plus vrai pour leur Líder Máximo qui effectue un vrai travail d’orfèvre partout où il met la main.

À mieux y regarder, A Deeper Understanding propose peu de nouveautés. Sa qualité se trouve surtout dans la maestria avec laquelle il offre une succession de grands moments parfaitement orchestrés. Certains impressionnent par leur grandiloquence (le single "Stangest Thing" ou l’excellent "In Chains"), d’autres touchent par leur extrême douceur ("Clean Living" et "Knocked Down") mais tous parlent à l’âme une fois la barrière de l’oreille passée.