24 Hour Karate School

Ski Beatz

Def Jam  |  2010
6 / 10
par Bahi  |  le 8 novembre 2010

Dans la catégorie des albums retardés, on cite souvent Dr Dre et son Detox, avec lequel il nous tanne depuis des années mais dont on a toujours pas vu le couleur. Dans une moindre mesure, la plupart des rappeurs pratiquent fréquemment ce teasing mal calculé, et récemment, on a pu voir Ski Beatz, l'ex beatmaker de Jay-Z, jouer à ce petit jeu, multipliant les clips d'avant première et les release party à travers NYC. Le contre-coup de cette stratégie est la lassitude naissante du public et bien évidemment le risque de voir la hype s'essouffler. Peu importe, c'est après plus de huit mois de report que Ski sort son tant attendu 24 Hour Karate School.

Petit résumé des épisodes précédents: dès l'annonce de la sortie du disque, tout le monde commence à se lécher les babines à l'idée de retrouver l'un des plus grands producteurs de la grosse pomme, entouré pour l'occasion de quelques freshmen (Nesby Phips, Smoke DZA ou Curren$y) et de grosses pointures (Mos Def ou Jim Jones). Début 2010 débarquent les clips de "Address" et "Do It Big" et l'emballement médiatique pour ce fameux projet prend de l'ampleur. On l'annonce pour février mais les mois passent, et ni l'album, ni la mixtape ne voient le jour. Curren$y sort de son son côté Pilot Talk, produit majoritairement par Ski, où l'on retrouve justement le fameux morceau "Address" avec Stalley. Et histoire de compliquer encore un peu plus les choses, il y a l'affaire Roc-A-Fella qui vient brouiller encore un peu plus les pistes, Dame Dash voulant reprendre le label à son ex associé Jay-Z. Que nenni, l'album sort finalement sur DD172, filière de Def Jam, dont Dash est le PDG.

Mais oublions le côté business et penchons nous sur la galette en elle-même, histoire de voir si cette attente est récompensée. A première vue, la tracklist est moins alléchante que celle initialement prévue (seulement douze titres dont deux instrumentaux), même si on a le plaisir de retrouver les très bons "Do it Big" et "Nothing But Us". Les morceaux sonnent vrais, appuyés par des instruments soigneusement choisis, barrant la route à toute trituration électronique superflue. La guitare prend notamment une place importante dans les mélodies, que ce soit en riff, comme sur "Go" ou en arrière-plan, sur "S.T.A.L.L.E.Y".  Ainsi, malgré quelques soucis d'alchimie, 24 Hour Karate School bénéficie de rythmiques intéressantes et bien pensées, laissant les rappeurs discuter librement le coup avec les platines. Dans cet exercice, on peut faire confiance aux rappers-stoners du moment, Wiz Khalifa et Curren$y, pour apporter au projet sa dose de flow. Car cet opus a besoin d'un rap performant s'il ne veut pas pas paraître trop fade. Et ici, la mission n'est pas complètement, certains des 10 morceaux chantés manquant de contenu. Irrégulier, l'album ne se présente pas de manière homogène et cela entache grandement à l'écoute du projet.

Sans cracher sur l'immense talent de Ski, il est évident que 24 Hour Karate School est une déception, surtout au terme d'une telle attente. D'un album qui s'annonçait détonnant, on tombe sur un pétard mouillé, alors que tout était réuni pour provoquer un succès retentissant. Reste à savoir de quoi l'avenir du producteur sera fait, précisément Pilot Talk 2, qui paraîtra avant la fin de l'année. On espère d'ici là un regain de forme...