17

XXXTentacion

Empire  |  2017
7 / 10
par Ruben  |  le 15 septembre 2017

La vie de Jahseh Onfroy aka XXXTentacion suit les courbes d'une montagne russe infernale, avec des chutes à la verticale infiniment plus brutales que les montées. Côté concave, il y a le succès; le MC jouit d'une fan base grandissante et fidèle qui s’est notamment mobilisée afin qu'il soit nominé dans la prestigieuse liste des XXL Freshmen 2017. Côté convexe, il y a la réalité d’un quotidien instable où s’accumule accusations au pénal pour vol à main armée, agressions de fans excentriques et violences conjugales - plus précisément pour l’étranglement de sa copine enceinte.

Cela n'étonnera personne vu son CV, c’est dans un établissement pénitentiaire pour mineurs que Jahseh Onfroy écrit ses premiers textes - des récits autobiographiques douloureux qu’il balancera sur Soundcloud dès 2014. La brutalité et l’honnêteté de ses mots posés sur des beats brumeux se traduiront par une popularité imprévue. Car il y a effectivement une étrange beauté dans la vulnérabilité de cet artiste qui semble programmé pour l’autodestruction. Et dans un microcosme rap où regarder par-dessus l’épaule de son voisin (et docilement copier les éléments de réponse menant au succès commercial) est devenu monnaie courante, Jahseh Onfroy est une vraie perle rare.

On pourrait penser que sa relation délicate avec son label, ses allers-retours en zonzon ou le carnage qui se produit à chaque fois qu’il monte sur une scène, pourraient handicaper la progression du jeune MC. En réalité, XXXTentacion en a fait son cœur de métier. Pour s’en faire une idée, il suffit d'expliciter l'approche marketing controversée de ce premier LP: la promotion a été lancée par un post Instagram montrant le rappeur pendu à un tronc d’arbre. Perturbant mais efficace.

Côté tracklist, les rares rayons de lumière (ce magnifique sample de Potsu sur « Jocelyn Flores ») sont immédiatement étouffés par des textes vraiment (vraiment) déprimants - “Picture this: in bed, get a phone call / Girl that you fucked with killed herself / That was this summer and nobody helped / And ever since then, man, I hate myself”. Côté productions, les instrumentales minimalistes ne vont pas sans rappeler l’approche originelle de Frank Ocean sur son dernier projet. Mais contrairement à Blonde, 17 sonne parfois très creux, mais à dessein. En effet, XXXTentacion pratique une politique de la terre brûlée, où la moindre lueur d'espoir est écrasée en quelques notes. Mélangeant rock indie et hip-hop emo dans une atmosphère lo-fi asphyxiante, ce premier LP de XXXTentacion est une expérience unique, difficilement accessible car profondément troublante.

Le goût des autres :

note : 88/10Dom